Un demi-Mach 1 en train !

Chine

Actualité
Chine | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
31 mai 2019

Une société chinoise a annoncé le développement d’un prototype de train à lévitation magnétique capable d’atteindre la vitesse de 600 km/h

La technologie chinoise du transport ferroviaire s’est depuis quelques années affirmée comme une des meilleures au monde. Les entreprises chinois qui conçoivent et produisent les trains se sont progressivement développées au sein d’un marché intérieur où ont été posés plus de 25 000 kilomètres de chemins de fer à grande vitesse. En particulier, le constructeur CRRC (China Railway Rolling Stock Corporation), contrôlé par l’Etat chinois, connaît une forte expansion à l’international et sa technologie est montée en gamme jusqu’à concurrencer, voire dépasser, les meilleurs constructeurs.

L’actualité ne dément pas ce constat de réussite puisque ce même constructeur a révélé la semaine dernière son projet de train à sustentation magnétique pouvant atteindre un demi-Mach 1, Mach 1 étant utilisé en aviation pour représenter la vitesse à dépasser pour franchir le mur du son. La vitesse maximale du train s’élève donc à plus de 600 km/h. Les concepteurs de ce train à très grande vitesse ne pourront cependant pas revendiquer le caractère inédit de cette performance. En effet, les Japonais ont déjà réussi cette prouesse avec le JR-Maglev en 2015. Et les échéances des futurs projets ont déjà été annoncées : 2027 pour la ligne entre Tokyo et Nagoya, et, 2037 pour une ligne allant jusqu’à Osaka.

Le nouveau train chinois, quant à lui, est un prototype qui vient juste de sortir de la ligne de production. Pour rappel, ce type de train fait appel à la technologie de la sustentation magnétique qui permet la suppression de la résistance au roulement et qui fait également avancer le train. Exceptées sa vitesse de pointe de plus de 600 km/h et l’annonce d’une éventuelle production lancée en 2021, les détails concernant ce projet sont, pour le moins, peu étoffés. Mais, il revêt une grande importance pour l’Etat chinois. En effet, le prototype présenté est l’aboutissement d’un programme de recherche et développement, lancé en 2016, qui regroupe trente organisations (entreprises, universités et instituts de recherche). Des avancées majeures ont été réalisées dans les sous-systèmes, notamment au niveau de la traction et du contrôle opérationnel. Pour l’instant, le prototype a atteint la sustentation statique. Et un prototype constitué de cinq wagons est actuellement en phase de recherche et développement. Les accomplissements sont nombreux, mais, il reste encore beaucoup à faire.

Concernant la technologie des trains à sustentation magnétique, un frein à sa généralisation est son coût énorme. Le coût du projet chinois se situerait entre 130 et 150 millions d’euros par kilomètre. En comparaison, le TGV coûte huit fois moins cher. Le billet devrait donc être plus cher ou alors le retour sur investissement serait plus long.

Le Japon serait à l’heure actuelle le leader dans ce domaine, mais, la Chine ne semble plus être qu’à quelques petits wagons derrière lui, tandis que l’Europe tergiverse encore quant à l’intérêt de fusionner Alstom et Siemens pour en faire un champion européen.

Pour plus d’informations :
https://www.lepoint.fr/monde/la-chine-devoile-un-projet-de-train-pouvant-aller-jusqu-a-600-km-h-28-05-2019-2315643_24.php
http://www.globaltimes.cn/content/1151282.shtml
https://www.crrcgc.cc/en/g7389/s10408/t302071.aspx

Rédaction : Benjamin Abensour, chargé de mission au service pour la science et la technologie du consulat général de France à Chengdu, benjamin.abensour[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE