Mise en évidence du circuit neuronal de la démangeaison

Chine

Actualité
Chine | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
16 octobre 2017

Si au cours des dernières années, il y a eu des progrès dans l’identification des molécules et neurones spécifiques à la démangeaison, on en sait encore très peu sur le circuit neuronal derrière ce processus. En apparence anodine, la démangeaison peut devenir maladive si elle devient chronique. Comprendre son mécanisme pourrait contribuer à développer des thérapies plus ciblées et efficaces.

Les travaux menés par le Dr. SUN Yangang à l’Institut de Neuroscience (Institute of Neuroscience, ION) à Shanghai, en collaboration avec la Fourth Military Medical University à Xi’an, ont permis de donner quelques éclaircissements sur la transmission neuronale des signaux associés à la démangeaison. Les résultats ont été publiés dans la revue Science le 18 août 2017 (DOI : 10.1126/science.aaf4918).

Selon l’étude, les signaux passent par les neurones de la moelle épinière avant d’arriver au noyau parabrachial (NPB), une région du cerveau peu comprise à ce jour, liée à la douleur, au sommeil, aux émotions et aux sensations viscérales. Des recherches antérieures, également menées par le Dr. SUN, ont mis en évidence le rôle crucial de certains neurones de la moelle épinière – ceux exprimant le récepteur de bombésine, aussi appelé GRP (Gastrin-Releasing Peptid) – dans la sensation de démangeaison. Les chercheurs ont montré cette fois que ces neurones ne transmettent pas directement le signal au NPB. En jouant sur ce circuit par optogénétique, une technique permettant de stimuler un certain type de cellules grâce à la lumière, ils ont montré que l’inhibition de ce circuit supprime la démangeaison chez les souris. De plus, la suppression de l’activité des neurones du NPB réduit considérablement le grattage induit par les démangeaisons aigües et chroniques. Selon le Dr. SUN, ces recherches suggèrent que le NPB est un premier relai central pour la sensation de démangeaison. Cette piste n’exclut cependant pas la possibilité que d’autres circuits soient également impliqués dans le processus.

En savoir plus

http://science.sciencemag.org/content/357/6352/695

Sources

http://english.cas.cn/newsroom/news/201708/t20170821_182113.shtml
http://www.ion.ac.cn/news/news_info.asp?ID=1213

Rédacteur

Yvonne TRAN : yvonne.tran[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE