Une particule à base de fécule de maïs et d’huile essentielle de thym capable de venir à bout des larves du moustique Aedes aegypti

Brésil

Actualité
Brésil | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
7 août 2019

Des chercheurs de l’Université d’État de Campinas (Unicamp) ont développé des particules composées d’amidon de maïs, capables de stocker et de libérer de manière contrôlée des substances mortelles dans les larves de moustiques Aedes aegypti. Pour rappel, ce moustique est responsable de la transmission de maladies telles que la dengue, le zika, la fièvre jaune et le chikungunya.
Les particules se comportent exactement comme les œufs d’Aedes. Tant que l’environnement est sec, elles restent inertes et conservent l’agent actif protégé. À partir du moment où elles entrent en contact avec de l’eau, elles commencent à gonfler pour permettre la libération du larvicide composé d’huile essentielle de thym. Après trois jours, lorsque les œufs éclosent et que la phase larvaire commence, les particules libèrent des quantités mortelles de l’ingrédient actif dans l’eau.
Le projet visait à développer un système de libération de larvicide à libération contrôlée pour les petits volumes d’eau tels que les pots de plantes, les pneus, les bouteilles et divers débris pouvant devenir des sites de reproduction des moustiques en milieu urbain.
La méthodologie a été brevetée par l’Agence d’innovation Unicamp (Inova). Cette huile possède de nombreux avantages puisqu’elle est biodégradable et sa concentration utilisée en recherche ne présente aucun risque pour la santé humaine.
D’autre part, les résultats des tests d’Unicamp indiquent que les particules pourraient rester fonctionnelles pendant environ cinq cycles de pluie. Après le premier contact avec l’eau, ils ne libèrent que 20% de l’huile de thym.

PLAN DU SITE