Les grottes ornées et l’émergence du langage

Brésil

Actualité
Brésil | Sciences Humaines et sociales
16 mai 2018

Une étude co-publiée par un linguiste de l’Université de São Paulo montre que la localisation et le contenu des peintures et gravures rupestres sont intimement associés aux propriétés acoustiques du lieu où elles ont été exécutées.
En effet l’archéoacoustique nous montre que l’on trouve les représentations d’aurochs, bisons et autres chevaux essentiellement dans les salles à forte réverbération acoustique, donnant une impression de battement de sabots ; de nombreuses autres salles aux parois paraissant idéales pour la représentation picturale ne présentent pas de peintures ou alors des représentations de félins ou de mains humaines.
Cette découverte, basée sur des observations et analyses sur tous les continents, dont les grottes françaises, suggère que les bases cognitives nécessaires au développement de la conscience symbolique pouvaient être disponibles dès l’apparition de l’Homo sapiens, il y a 200.000 ans, en tout cas avant sa sortie il y a environ 60.000 ans de l’Afrique, où l’on en trouve les preuves les plus anciennes. Les signaux sonores reçus dans les grottes ont ainsi été transformés en représentations symboliques visuelles, selon un processus similaire à celui qui a pu conduire à l’apparition du langage.
Il est aussi surprenant de constater que cette compétence artistique a pu apparaître au même moment aussi chez les néanderthaliens, dont des peintures rupestres datant de plus de 60.000 ans, donc avant l’arrivée de l’homme moderne en Europe, ont été attribuées à eux.
Source :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29515474

Auteur : Gérard Perrier gerard.perrier[a]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE