Diagnostic de la blastomycose : Pas de place pour le faux-positif

Brésil

Actualité
Brésil | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
22 décembre 2017

Les anticorps développés par les chercheurs de l’Institut de Sciences Biologiques (ICB) favorisent le diagnostic plus rapide et plus efficace de la blastomycose.

La paracoccidoimicose aussi appelée blastomycose sud-américaine est une maladie causée par le champignon Paracoccidioides brasilienses. Il attaque différentes parties de l’organisme comme le poumon, le système nerveux central et les glande surrénales .Son diagnostic est difficile car il peut être confondu avec d’autres maladies comme la tuberculose ou la pneumonie. La mise en place du traitement est donc retardée, ce qui favorise le développement du champignon dans l’organisme.
Pour réaliser des tests plus rapides et éviter les résultats « faux-positifs », l’équipe de chercheurs du département de biochimie et Immunologie de l’ICB ont développé un nouvel anticorps pour réaliser le diagnostic. La méthode consiste à créer des anticorps monoclonaux qui sont produits en laboratoire à partir de lymphocytes de souris dont le système immunitaire a été stimulé par les antigènes de la maladie. Les anticorps ainsi créés sont mélangés avec le sérum d’un patient et la présence du champignon est détectée grâce à la réaction de ces anticorps avec les antigènes de la blastomycose. La rapidité et la précision de ce test sont dues à la haute spécialisation de l’anticorps créé.
Les études ne sont pas encore terminées et les chercheurs souhaitent améliorer la réaction pour obtenir un résultat plus rapide.

Source : https://ufmg.br/comunicacao/publicacoes/boletim/edicao/antartica-aqui/sem-margem-para-o-falso-positivo-1

Auteur : Enora Le Calvé Guérineau enora.le-calve-guerineau[a]diplomatie .gouv.fr

PLAN DU SITE