Des astrophysiciens viennois analysent des exoplanètes dans le cadre d’une nouvelle mission de l’ESA

Autriche

Actualité
Autriche | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
25 avril 2018

L’Agence spatiale européenne (ESA) a choisi l’observatoire spatial « ARIEL » avec la participation de l’Université de Vienne pour sa nouvelle mission en quête d’exoplanètes. L’« Atmospheric Remote-Sensing Infrared Exoplanet Large-survey » (abrégé ARIEL) est un télescope spatial européen dédié à l’étude systématique de l’atmosphère des exoplanètes par télédétection dans l’infrarouge.

L’ESA utilisera ARIEL dans sa prospection d’exoplanètes et de systèmes planétaires extrasolaires à partir de l’an 2028. ARIEL ayant été choisi, les astrophysiciens de l’Université de Vienne impliqués dans la conception du satellite pourront procéder à quatre années d’observation de mille planètes en rotation autour de leur étoile et étudieront, en particulier, celles disposant d’une atmosphère.

La mission a été développée par des scientifiques de plus de 60 instituts répartis dans 15 États membres de l’ESA, parmi lesquels figure l’Autriche. « Bien que nous ayons découvert près de 3.800 exoplanètes jusqu’à présent, leurs propriétés et leur composition restent source d’interrogations » a déclaré le chef de la participation autrichienne, Manuel Güdel, de l’Institut d’astrophysique de l’Université de Vienne.

Ainsi, le satellite, qui sera stationné à environ 1,5 millions de kilomètres de la Terre, observera diverses planètes chaudes et très chaudes de la taille de Jupiter ou Neptune, ainsi que des super-Terres (c’est-à-dire des planètes dont la masse est comprise entre celle de la Terre et celle de Neptune). En raison de la température élevée de l’atmosphère, diverses molécules circulent de façon optimale et peuvent donc être détectées et fournir des informations sur la structure et la genèse de la planète. Les scientifiques espèrent ainsi caractériser les processus chimiques complexes dans l’atmosphère. « Nous entendons donc découvrir comment ces planètes ont pu se constituer autour d’autres étoiles et expliquer leur formation », a déclaré Manuel Güdel. Les astrophysiciens viennois fournissent, notamment, un système de suivi de haute précision pour le télescope.

En savoir plus :
Le site internet de la mission ARIEL : https://ariel-spacemission.eu/
La page internet dédiée à la mission ARIEL sur le site de l’Université de Vienne : http://space.univie.ac.at/projekte/...
Source : "Wiener Astrophysiker analysieren in neuer ESA-Mission Exoplaneten" article paru sur le site de l’agence de presse autrichienne, 22/03/2018 - https://science.apa.at/site/politik...
Rédacteur : Simon Barranque, simon.barranque[at]institutfr.at

PLAN DU SITE