Coopération régionale : lancement du Central European Science Partnership (CEUS) rassemblant l’Autriche, la Pologne, la République tchèque et la Slovénie

Autriche

Actualité
Autriche | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
13 août 2019

Les agences nationales de financement de la recherche de l’Autriche, de la Pologne, de la Slovénie et de la République tchèque établissent le Central European Science Partnership (CEUS), un partenariat européen qui promeut la coopération scientifique multilatérale entre ces pays.

Genèse du CEUS

L’initiative de ce partenariat, qui est inédit en Europe, date de 2012, année au cours de laquelle les agences de la recherche autrichienne (Wissenschaftsfonds ou FWF) et slovène (ARRS pour Javna agencija za raziskovalno dejavnost Republike Slovenije, soit l’Agence publique pour les activités de recherche de la République de Slovénie) s’accordent sur la reconnaissance mutuelle de leurs procédures d’évaluation des propositions de projets de recherche. En septembre 2018, pendant la présidence autrichienne de l’Union européenne, une lettre d’intention élargit ce partenariat aux agences tchèque (Czech Science Foundation GAČR) et polonaise (Narodowe Centrum Nauki ou NCN). C’est le CEUS (Central European Science Partnership). Le traité officialisant le CEUS est signé le 17 juin 2019 à Vienne et il est prévu que les chercheurs puissent bénéficier du dispositif à partir de début 2020.

D’après József Györkös, directeur de l’ARRS slovène, ce partenariat a été établi sur la base de la proximité géographique et d’un patrimoine culturel commun aux pays impliqués. « Je considère le partenariat CEUS comme un effort conjoint de quatre partenaires majeurs et égaux, afin de soutenir davantage la circulation de connaissances, de renforcer le potentiel de recherche dans la région de l’Europe centrale et de contribuer ainsi à sa reconnaissance renforcée sur la scène internationale.  » a-t-il déclaré*.

Contenu et enjeux du CEUS

LE CEUS comprend la reconnaissance des procédures d’évaluation des projets de recherche transnationaux, la possibilité de déposer des propositions de projets de recherche bi- ou trilatéraux et un assouplissement des dates limites de candidature grâce à la possibilité de dépôt continu des dossiers pour certains appels.

Le CEUS est également novateur dans la mesure où il offre un cadre à certaines relations bilatérales qui ne faisaient pas encore l’objet d’un accord. C’est le cas des relations bilatérales entre la République tchèque et la Pologne, tandis que l’Autriche et la Pologne avaient déjà signé un accord bilatéral en amont du CEUS en 2018.

Enfin, l’accord a vocation à être élargi à d’autres agences de financement d’Europe centrale qui respecteraient certains engagements. D’après des propos rapportés par la presse, József Györkös aurait notamment mentionné la Croatie et son agence HRZZ (Croatian Science Foundation) comme probable futur membre du CEUS, mais aurait évoqué l’interruption des discussions avec la Hongrie, les pays du CEUS étant préoccupés par des atteintes les tentatives du gouvernement de limiter l’indépendance de l’agence de financement hongroise.

Les enjeux sont de renforcer l’attractivité de la recherche en Europe centrale, de diminuer la fracture avec l’Europe de l’Ouest et du Nord et, par un effet de levier, de créer des groupes de travail qui pourraient prétendre aux financements européens du PCRI (Programme-cadre de recherche et d’innovation). Il s’agit de combler le déficit de financement entre d’une part, les petits projets financés au niveau national ou bilatéral, et d’autre part les projets européens subventionnés par le PCRI. Enfin, les agences prévoient de travailler sur les nouveaux enjeux des politiques de recherche, tels que le libre accès des données (Open data).

Le CEUS s’organise sur le principe d’une agence chef de file («  lead-agency principle  »)

Le CEUS repose sur une évaluation des projets transfrontaliers par une institution chef de file (« lead-agency procedure »). Le but est d’éviter que dans le cadre d’un financement bi- ou multilatéral, une proposition de projet de recherche soit acceptée par un partenaire et refusée par un autre. L’agence chef de file examine les candidatures et émet des recommandations. Il est attendu que les partenaires suivent ces recommandations, ce qui suppose une homogénéisation des principes d’évaluation. L’agence chef de file est généralement le principal financeur.

*Citation originale (en anglais) : « I perceive CEUS partnership as a joint effort of four strong and equal partners to further support circulation of knowledge, enhance research potential in the region of Central Europe and therefore contribute to its enforced recognition in the international arena. »

Pour en savoir plus :

Sources :

Rédactrice : Marie Belland, marie.belland[at]diplomatie.gouv.fr - https://at.ambafrance.org/

PLAN DU SITE