Réponse du gouvernement australien au rapport du groupe d’experts sur l’industrie spatiale australienne

Australie

Actualité
Australie | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
5 juillet 2018

En juillet 2017, le gouvernement australien a commissionné un groupe d’experts pour dresser le bilan des capacités australiennes en matière d’industrie spatiale, afin de fonder une stratégie pour le développement du secteur. Le rapport de ces experts propose 9 recommandations pour le spatial civil australien. Le gouvernement soutient la plupart de ces recommandations, et donne son accord de principe ou prend note des autres.

En juillet 2017, le gouvernement australien a commissionné un groupe d’experts pour dresser le bilan des capacités australiennes en matière d’industrie spatiale, afin de fonder une stratégie pour le développement du secteur. Ce bilan a été établi à partir de consultations de tous les acteurs concernés du pays, industries, gouvernement, et société civile, mais aussi à partir d’un travail d’analyse des expériences et stratégies adoptées par d’autres pays, ainsi que de l’étude de la dynamique et des mutations de l’industrie spatiale à l’échelle mondiale.

Ce rapport a permis d’établir que l’Australie dispose d’infrastructures spatiales existantes d’une valeur de plusieurs milliards de dollars, qu’un nombre important de petites et moyennes entreprises sont très actives dans le secteur, que la recherche australienne y est de niveau mondial, et que le pays est doté d’une grande capacité d’analyse des données satellitaires et de télécommunication. Il souligne également le besoin d’une agence spatiale australienne permettant de coordonner les activités civiles du secteur spatial, mais aussi d’en définir et d’en faire progresser les priorités stratégiques, et d’agir comme interlocuteur sur la scène mondiale afin de créer un réseau de partenaires internationaux.

Le rapport d’experts propose 9 recommandations pour le développement du secteur spatial australien. Le gouvernement soutien la plupart de ces recommandations, et donne son accord de principe ou prend note des autres. Ces recommandations suivent trois axes :

  1. L’élaboration d’une stratégie donnant la priorité à des domaines pour lesquels le pays a un avantage compétitif, ainsi qu’aux domaines émergents et prometteurs qui constituent des domaines de forte compétence australienne.
  1. L’établissement d’une agence spatiale pérenne, financée par le gouvernement pour coordonner le secteur spatial civil, le représenter à l’international, et promouvoir son développement industriel.
  1. Faciliter le développement de l’industrie spatiale, grâce à des partenariats nationaux et internationaux, à une stratégie intégrant le potentiel de tous les secteurs, à une législation adaptée, à un engagement des institutions d’éducation et de formation, et à des incitations en direction des industries pour atteindre les objectifs nationaux de développement du secteur .

1. L’élaboration d’une stratégie

  • Recommandation 1 :

Recommandation  : L’Australie doit développer une stratégie donnant la priorité à des domaines pour lesquels le pays a un avantage compétitif, tels que :

  • les technologies et services de communication, les stations satellite au sol, les réseaux de stations au sol pour la communication avec l’espace lointain
  • la participation au réseau mondial de surveillance spatiale et de gestion des débris
  • les infrastructures de positionnement, navigation et synchronisation, incontournables dans de nombreux secteurs économiques (agriculture, transport, pêche, service d’urgence, extraction de ressources, sécurité nationale…)
  • les applications des données d’observations terrestres, pouvant bénéficier aux Australiens, mais aussi être exportées
  • la recherche et développement pour permettre la participation australienne à des missions spatiales conjointes, et aux développements industriels, dans des secteurs comme la télémédecine, la physique spatiale, la planétologie, l’astronomie, la communication et technologies quantiques, l’intelligence artificielle, les antennes et détecteurs de pointe…
  • la robotique et les systèmes autonomes.

Réponse du gouvernement : accord. Le gouvernement australien va mettre en place une agence spatiale qui établira une stratégie pour l’industrie spatiale civile tenant compte des priorités identifiées.

  • Recommandation 2 :

Recommandation : La stratégie mettra en avant les domaines émergents et prometteurs tels que les applications de l’intelligence artificielle, la robotique, l’analyse de méga données, les nouvelles technologies de communication (optique, radio-optique, quantique), les détecteurs innovants, (antennes et instrumentation), les mini satellites de communication et d’observation terrestre, et la nouvelle génération de fusées et de systèmes de propulsion.

Réponse du gouvernement : accord. L’agence spatiale devra assurer que sa stratégie s’aligne sur les priorités du gouvernement, et tiendra compte de ces priorités identifiées.

2. L’établissement d’une agence spatiale pérenne

  • Recommandation 3 :

Recommandation : Le gouvernement doit mettre en place de façon permanente une agence spatiale australienne qui sera responsable de la conduite stratégique du secteur spatial civil, de sa représentation internationale, de la coordination des activités civiles, et de la stratégie pour faciliter le développement du secteur industriel spatial.

Réponse du gouvernement : accord. L’agence spatiale australienne prend ses fonctions le 1er juillet 2018 au sein du Département de l’Industrie, de l’Innovation et de la Science. Elle devra développer sa Charte, et créer des liens avec les Départements et agences fédéraux, mais aussi avec les gouvernements des différents Etats et les agences internationales.

  • Recommandation 4 :

Recommandation  : Le gouvernement doit financer l’agence spatiale australienne pour permettre son établissement et ses activités.

Réponse du gouvernement : accord. Le gouvernement australien offre un financement initial de 26 millions de dollars sur 4 ans pour l’établissement de l’agence spatiale.

Recommandation (suite) : … avec un financement additionnel permanent pour un programme de développement industriel spatial, lorsque l’agence sera opérationnelle. Ce programme investira dans les partenariats internationaux, en particulier industriels, et dans la R&D collaborative sur des domaines stratégiques et des technologies prometteuses. Il soutiendra l’établissement de centres régionaux associant Etats et Territoires avec leurs industries. Il sollicitera l’établissement d’infrastructures nationales pour des stations commerciales au sol, ou des équipements partagés de tests et de vérifications des satellites.

Réponse du gouvernement : a pris note. L’agence spatiale devra proposer au gouvernement un plan détaillé d’investissement, tenant compte des principes et modèles de développement de l’industrie spatiale, ainsi que des coûts et bénéfices engendrés par ce programme de financement.

Recommandation (fin) : … Le gouvernement détermine, tous les 3 à 4 ans, l’étendue des financements dédiés à des projets majeurs, visant à couvrir des besoins nationaux ou internationaux, terrestres ou maritimes, ou à participer à des missions scientifiques spatiales.

Réponse du gouvernement : accord de principe. L’agence spatiale aura la capacité de faire valoir des demandes de financement y-compris pour des projets spatiaux d’importance majeure.

3. Faciliter le développement de l’industrie spatiale

  • Recommandation 5 :

Recommandation : Le gouvernement doit élargir ses partenariats et accords, et établir de nouveaux partenariats pour valoriser la participation de la recherche et de l’industrie australienne :

  • en renforçant les partenariats dans le secteur de l’espace pour permettre un meilleur transfert de technologies et un développement des technologies australiennes
  • en élargissant des partenariats et accords existants, et promouvant des accords commerciaux pour permettre une participation plus importante de l’industrie australienne dans les missions
  • en maintenant les anciennes et établissant de nouvelles stations au sol et centres de communication spatiale longue distance
  • en contractant de nouveaux accords de partenariat avec des agences spatiales décisives et des partenaires commerciaux du secteur spatial mondial, y-compris en Asie et Océanie
  • en contractant des accords de coopération pour l’accès aux données cruciales d’observation terrestre, incluant les données météorologiques, terrestres et océaniques, et les données concernant la gestion des catastrophes et cas d’urgences.

Réponse du gouvernement : accord. Le gouvernement promouvra au travers de ses relations internationales la construction et le développement de partenariats internationaux relatifs à l’industrie spatiale, dans la lignée du White Paper de la politique extérieure, et en consultation avec le Département des affaires étrangères et du commerce, les autres agences concernées et l’agence spatiale. Le gouvernement australien investit 15 millions de dollars sur 3 ans (à partir de 2019) pour permettre à l’agence spatiale d’engager des partenariats avec des agences internationales sur des projets stratégiques. Cet investissement permettra à des entreprises australiennes de participer à des programmes spatiaux internationaux.

  • Recommandation 6 :

Recommandation : L’agence spatiale doit travailler avec les autres Départements fédéraux sur un éventail de domaines tels que l’agriculture, l’environnement ou la communication pour associer les petites et grandes entreprises aux projets et investissements gouvernementaux.

Réponse du gouvernement : accord de principe. L’agence spatiale examinera les possibilités d’associer l’industrie spatiale australienne aux besoins d’achat du gouvernement. Le gouvernement a établi plusieurs programmes facilitant ses liens avec des entreprises innovantes (le Business Research and Innovation Initiative offre par exemple des financements aux PME pour développer des services au gouvernement)

  • Recommandation 7 :

Recommandation  : L’agence spatiale doit faciliter la règlementation donnant accès aux équipements de lancement pour les petits satellites en Australie et à l’étranger, et identifier des partenaires internationaux prestataires de service de lancement.

Réponse du gouvernement : accord de principe. Le gouvernement australien revoit et amende le « Space Activities Act 1998 » afin de faciliter la règlementation sur les activités spatiales. Le gouvernement australien doit poursuivre ses engagements y-compris ceux relatifs aux instruments spatiaux internationaux et au contrôle de l’armement.

  • Recommandation 8 :

Recommandation  : Le gouvernement doit donner la priorité aux stratégies favorisant un engagement actif des écoles australiennes et de la société en général concernant les activités spatiales, favorisant également la formation et l’éducation sur l’espace, la promotion (inspirée par l’espace) des filières STEM et la recherche collaborative menée par l’industrie.

Réponse du gouvernement : accord de principe. L’agence spatiale australienne proposera des stratégies appropriées pour tenir compte de cette recommandation.

  • Recommandation 9 :

Recommandation : En concertation avec l’action du gouvernement, l’agence incitera les industries à jouer un rôle important pour atteindre les objectifs nationaux de développement du secteur :

  • en investissant dans les technologies innovantes pour rester compétitives
  • en se coordonnant avec l’agence pour leurs priorités stratégiques
  • en explorant les partenariats potentiels avec des PME pour participer à la chaîne d’approvisionnement mondiale
  • en collaborant avec des institutions de recherche
  • en soutenant la compétition pour le développement de technologies innovantes, d’applications et de compétences.

Réponse du gouvernement : accord. L’agence spatiale australienne interagira activement avec l’industrie pour soutenir et guider le développement du secteur de l’industrie spatiale australienne.
 
Lire la réponse du gouvernement
Lire le rapport du comité d’experts

PLAN DU SITE