Recherche australienne en défense et sécurité

Australie

Actualité
Australie | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
21 mai 2019

La recherche et l’innovation servant le développement des capacités de défense et de sécurité australiennes est un domaine stratégique de premier plan pour l’Australie, et un champ d’opportunité pour la coopération bilatérale franco-australienne de science et technologie, particulièrement dans le contexte du Partenariat stratégique rehaussé sur un certain nombre de champs technologiques d’intérêt.

France et Australie, dans le contexte du récent dialogue bilatéral JSIM, ont souligné l’intérêt d’analyser le potentiel de coopération scientifique renforcée sur des champs de portée duale (i.e ingénierie de pointe, matériaux, cyber sécurité et spatial) capitalisant sur un certain nombre de développements récents (agenda de coopération S&T France-Australie du Sud, i.e projet de création de la première unité mixte du CNRS avec l’Australie, implication d’académiques et d’industriels français dans le CRC Smart Sat…). On rappelle également que le Ministère australien de la défense est le second investisseur national public de R&D.

La sphère académique australienne s’organise pour mobiliser ses capacités sur cet agenda national de défense et de sécurité.

En Australie, le DSTG (Defence Science and Technology Group – Groupe de Science et Technologie pour la Défense) organise à peu près deux fois par an des séminaires de prospective technologique pour l’industrie de défense australienne (Symposium EDTAS). Ces séminaires ont pour but de réfléchir aux domaines émergeants des sciences et technologies qui pourraient avoir un impact important pour la défense et la sécurité nationale. Ils sont conçus autour de présentations de haut niveau et de sessions de réflexion, et ils associent fortement des experts académiques australiens. Dès 2017, le DSTG avait proposé que des experts français puissent être associés à ces séminaires quand pertinent, et l’Institut INSIS du CNRS avait ainsi participé au symposium de prospective organisé sur les nouveaux matériaux.

On note que les 5 et 6 mars derniers, le séminaire organisé par le DSTG portait sur les technologies spatiales et a rassemblé des experts universitaires internationaux, des directeurs d’industrie de défense, des représentants d’organismes de recherche et des professionnels de la défense. Le but était de cartographier les capacités technologiques de l’Australie, d’explorer ses besoins stratégiques, et de façonner une vision à long terme pour les développements de ses futures technologies. Le séminaire a conduit des discussions autour des thématiques des technologies de lancement spatial, d’opérations dans l’espace, et d’exploitation des informations et données issues du spatial.

Par ailleurs, le Go8 (Group of 8), groupement des prestigieuses universités de recherche intensive australiennes, s’intéresse également au domaine de la défense et sécurité, et il cherche à étendre ses liens et collaborations avec le secteur de la défense. Le Go8 indique représenter déjà 52.5% des dépenses en R&D des universités australiennes dans ce secteur et est reconnu pour la qualité de ses recherches dans des domaines relevant de la défense tels que les sciences spatiales et l’astronomie, la physique quantique, l’intelligence artificielle, le traitement d’image et l’ingénierie des matériaux.

Le 9 avril dernier, le Go8 a organisé un sommet national sur la défense et la sécurité, rassemblant les grandes entreprises de défense, les PME et les agences gouvernementales, telles que le CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation, agence de recherche fédérale), le DSTG et Austrade (Australian Trade and Investment Commission, agence de promotion du commerce, de l’investissement et de l’éducation australiens). Ce symposium avait pour but de définir les besoins australiens en matière de formation et de carrières professionnelles pour l’industrie de défense, mais aussi d’établir un cadre de régulation pour les collaborations entre chercheurs, défense, et industrie. Enfin, il avait aussi pour but de mettre au point la mise en œuvre de la loi sur la réglementation du commerce dans le domaine de la défense (cf. bulletin de juillet-août 2018), qui impacte la façon dont les chercheurs travaillent et collaborent à l’international.

Ce symposium a été aussi l’occasion de lancer la « Déclaration de capacités de Défense du Go8 », document qui cartographie les domaines d’expertise et de compétence des universités du groupe dans le secteur de la défense et sécurité, leurs points forts en recherche, leurs infrastructures, et leurs réseaux de collaboration.
 

les Symposiums EDTAS du DSTG

le sommet défense du Go8

La déclaration de capacités de Défense du Go8

 

PLAN DU SITE