Les missions CNRS à destination de l’Australie en 2017

Australie

Actualité
Australie | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
29 janvier 2018

Les missions du CNRS vers l’Australie sont un enjeu majeur de l’intensité et de la structuration de la relation bilatérale de science et technologie entre la France et l’Australie.

La collaboration de chercheur à chercheur est intense entre la France et l’Australie, avec 3581 co-publications en 2017. Les auteurs français sont au deux-tiers des universitaires (64%), et 36% sont affiliés au CNRS. L’INSERM (14%), le CEA (8%), l’IRD (6%) et l’INRA (5%) sont également très présents dans la collaboration scientifique. Ces pourcentages ne sont pas cumulatifs, puisque par exemple, la moitié des auteurs universitaires sont issus d’unités mixtes de recherche avec le CNRS.
Au-delà des collaborations de chercheur à chercheur, la coopération scientifique reste relativement assez peu structurée entre nos deux pays. Le CNRS joue un rôle très important depuis 2012 dans sa structuration, avec la formation de 8 LIA (Laboratoires Internationaux Associés), 2 GDRI (Groupements de Recherche Internationaux) et 5 PICS (Projets Internationaux de Collaboration Scientifique). En 2017, le nombre de co-publications entre le CNRS et l’Australie est de 1295. Les sciences de l’univers et la physique sont les domaines prédominants, suivis des sciences de l’environnement et de l’écologie. Pour comparaison, l’INSERM a deux LIA avec l’Australie et compte 533 co-publications en 2017 sur les domaines principalement de la médecine générale, des neurosciences et de l’oncologie. Le CEA compte 295 co-publications avec des chercheurs australiens. L’IRD 220 (science de l’environnement et géologie sont les thèmes les plus fréquents), et l’INRA 194 co-publications en 2017 (science des plantes, environnement, et agriculture).

Plus de 300 missions de chercheurs du CNRS ont eu lieu en 2017 à destination de l’Australie. Les thèmes prédominants des missions sont un peu différents de ceux des co-publications :

Illust: Thématiques des (...), 21.5 ko, 602x432
Thématiques des missions CNRS 2017 en Australie
Ambassade de France en Australie

Une grande part des missions sont en provenance de Paris et d’Ile de France ou de la région Midi-Pyrénées, qui ensemble totalisent presque la moitié des missions CNRS :

Illust: Délégations des missio, 25.3 ko, 589x368
Délégations des missions CNRS en 2017 vers l’Australie
Ambassade de France en Australie

Melbourne, Sydney et Canberra sont les premières destinations australiennes des missions CNRS :

Illust: Destinations des, 15.9 ko, 513x353
Destinations des missions CNRS 2017
Ambassade de France en Australie

Plus de la moitié des missions ont pour objet la participation des chercheurs CNRS à un colloque ou à un congrès scientifique en Australie. Le reste des missions sont des rencontres visant à travailler en équipe ou, plus rarement, à initier une future collaboration.

Illust: Objets des missions, 8.6 ko, 445x316
Objets des missions CNRS 2017
Ambassade de France en Australie

Le nombre de missions de chercheurs du CNRS reste important depuis 2012, et leurs visites sont à l’origine du taux croissant de co-publications entre la France et l’Australie. La politique volontaire du CNRS vis-à-vis de l’Australie a permis de consolider les initiatives des missionnaires et de structurer la collaboration scientifique bilatérale .

PLAN DU SITE