Les Centres de Recherche Coopératifs : Cooperative Research Centers

Australie

Actualité
Australie | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Agronomie et alimentation
7 septembre 2018

Le programme des Centres de Recherche Coopératifs (CRC) est un programme compétitif, qui vise à soutenir les partenariats de recherche collaborative conduite par l’industrie impliquant acteurs industriels, chercheurs et société civile. Toute proportion gardée, les CRC australiens s’apparentent à nos Carnot.

Ce programme contient deux types de financements :

-Les CRC (consortium thématiques labellisés pour 7 ans) supportant les recherches collaboratives de moyen à long terme

Lors de la dernière sélection, en avril 2018, ont été sélectionnés 4 CRC : Santé numérique (55 millions sur 7 ans), Lutte contre le gâchis de nourriture (30 millions sur 10 ans), les futurs carburants (26 millions sur 7 ans) et MinEx, pour l’amélioration de l’extraction de minerai (50 millions). En septembre 2017, un CRC Cyber-sécurité a été lancé (50 millions sur 7 ans).
En mars 2017, 4 CRC avaient également été sélectionnés : Performance des sols (39.5 millions sur 10 ans), Promotion de produits issus des abeilles à miel (7 millions sur 5 ans), Agilité de la chaîne alimentaire (50 millions sur 10 ans) et iMove, pour l’efficacité du transport.

-Les CRC-Projets (CRC-P’s) qui soutiennent les recherches collaboratives de court terme

 En août 2018 les projets retenus lors de la dernière sélection ont été annoncés (lien).
Ces projets couvrent un grands nombre de domaines avec l’objectif de retombées commerciales via des produits, services ou traitements innovants.
 

  • Dans le domaine de la santé, trois projets visent à introduire les capacités et technologies de l’Intelligence Artificielle : imageries neurologiques, imageries IRM et tomographies, et génomique pour la cancérologie. Le projet Advanced Cancer Immunotherapies étudie les traitements de cancers par certaines cellules (cellules CAR-T), qui aident le système immunitaire à se défendre. Le projet BioAustralis a pour but d’inventorier la multitude de métabolites issus des microbes australiens, qui seront peut-être à la base de futurs antibiotiques. Enfin, un projet de senseurs placés sur la literie devrait analyser les données de santé pour les fabricants de lits, les hôpitaux et les soins aux personnes âgées.
  • Dans le domaine de l’extraction de minerai, deux projets de recherche visent à améliorer les procédés de récupération et d’extraction de minerais : un projet de nouvel alliage pour l’extraction de métaux, et le projet Kapunda pour la récupération in-situ du cuivre et de l’or.
  • Dans le domaine de l’agriculture, un projet se penche sur la recherche d’un fertilisant écologique pour une agriculture durable, et un autre développe un bio-senseur détectant l’ovulation des vaches laitières.
  • Concernant les technologies de pointe, un projet de smart building étudie l’utilisation de modules préfabriqués et d’objets connectés, et le projet Responsive Access to Space développe une technologie de propulsion de fusées.

 Focus sur le CRC Performance des sols

 
Le ministère pour la Science, l’Emploi et l’Innovation a inauguré début août 2018 le Centre de Recherche Coopérative pour la performance des sols, qui est financé à hauteur de 39,5 millions de dollars australiens sur dix ans depuis mars 2017. Le but de ce centre est de développer des solutions concrètes, des connaissances pratiques et des outils, qui pourront être adoptés par les agriculteurs afin d’optimiser leur productivité, la durabilité de leur activité, et leur profit. Ce centre mène des recherches permettant d’améliorer la précision de la gestion des sols, et de mesurer leur performance, mais il s’intéresse aussi à des mécanismes financiers pour inciter à une bonne gestion du sol, ou au développement de produits pour augmenter la fertilité et les fonctions écologiques du sol.

L’agriculture et les industries alimentaires représentent un enjeu majeur en Australie où un métier sur six est dépendant de l’économie fermière, et où les exportations de produits agricoles et d’élevage s’élèvent à 65% de la production totale, et correspondent à 3% du marché mondial. Depuis la révolution verte, dans les années 60, le volume des récoltes australiennes a augmenté de 240% sur une surface de sol qui elle n’a augmenté que de 11%. Mais avec les besoins croissants de la population mondiale, en particulier asiatique, et une production alimentaire qui ne peut plus reposer sur les ressources en eau ou en énergie pour augmenter ses rendements, le pays se tourne vers les technologies de pointes, telles que l’exploitation des données satellitaires, et les sciences, pour relever les défis d’une agriculture performante et durable.

Plus d’information sur ce lien

PLAN DU SITE