Google récompense cette année l’idée de…

Argentine

Actualité
Argentine | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
26 septembre 2016

Google récompense cette année l’idée de scientifiques argentins qui mettent au point un outil d’analyse automatique du discours, utile pour la détection de psychoses.

Pour la 4ème édition du Prix Google de la Recherche pour l’Amérique Latine, qui soutient des projets de recherche en sciences informatiques, parmi les 24 chercheurs latino-américains sélectionnés et pour la première fois, deux des chercheurs récompensés sont argentins.
Diego Fernandez Slezak, chercheur du Conicet à l’institut de Recherche en Sciences et Informatique, et Facundo Carrillo, doctorant boursier du Conicet au département d’informatique de la Faculté de Sciences Exactes et Naturelles de l’Université de Buenos Aires (UBA) bénéficieront pendant un an d’une bourse mensuelle pour mener à bien leurs travaux de recherche, d’un montant respectif de US$1200 pour le doctorant et de US$750 pour son encadrant.

L’idée présentée par Slezak et Carrillo a été de développer une application web pour aider les psychiatres dans leur diagnostic : dans l’identification des troubles symptomatiques d’un état mental pathologique risquant d’évoluer en psychose.
L’enjeu est de taille car « Les diagnostics de risque de psychose schizophrénique ont un pourcentage de faux positifs (individus diagnostiqués malades bien que ne l’étant pas) proche de 70% » explique Slezak.

Une première version de l’application a été développée et testée avec succès à partir d’une série d’entretiens réalisés par un psychiatre de l’Hôpital de Columbia avec 35 patients (3-4 questions en 10-15min). Le modèle prédictif a été développé à partir des données d’une partie des patients. Il repose sur l’analyse sémantique et syntaxique (ce qui est dit et la façon de le dire) du script des consultations par un algorithme. Un brusque et fréquent changement de sujet au cours de la conversation peut par exemple être signe de pathologie.
L’autre partie des cas cliniques disponibles a permis de tester l’efficacité de l’application et d’affiner la détection de ces cas précoces de psychose. Le suivi sur 2 ans des patients diagnostiqués à risque de cet échantillon ayant permis de savoir s’ils avaient effectivement développé une psychose par la suite ou pas, il s’est avéré que l’application a été à 100% efficace pour distinguer les vrais cas des faux.

A terme, l’objectif est que l’outil soit utilisé directement dans les cabinets médicaux. Le praticien enregistrera la conversation avec sa tablette ou son téléphone portable et recevra en retour des indicateurs sur les données transmises à une base centrale et traitées par différents algorithmes, via l’application.

Cette application pourrait avoir un avenir prometteur particulièrement en Argentine dans la mesure où le pays entretient un lien singulier et décomplexé avec la psychologie et la psychanalyse : 202 psychologues pour 100,000 habitants, soit un total de 81,000 professionnels (le pays abrite 3 fois plus de thérapeutes que les Etats-Unis), dont 46% à Buenos Aires selon un rapport de 2012. Buenos Aires est ainsi la première ville au monde en nombre de psychologues par habitant.

Outre la détection de cas de schizophrénie et bipolarité (cadre actuel de son développement), des applications de cet outil d’analyse automatique du discours en ressources humaines (pour la sélection de personnels) ou en criminologie sont envisageables.

Plus d’informations sur la place de la psychologie en Argentine :

Sources :

Rédactrice : Marie Salvan, marie.salvan[at]diplomatie.gouv.fr

PLAN DU SITE