Sommet mondial de la bioéconomie à Berlin (19-20 avril 2018)

Allemagne

Actualité
Allemagne | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
2 mai 2018

Les 19 et 20 avril a eu lieu, à Berlin, le Global Bioeconomy Summit, sommet international rassemblant les acteurs de la bioéconomie des quatre coins du globe. Cette seconde édition s’est concentrée sur les économies émergentes et concepts futurs pour la bioéconomie, les enjeux et opportunités concernant les écosystèmes, l’action climatique et le développement durable. Le sommet, organisé par le conseil allemand de la bioéconomie, a été ouvert par la ministre allemande de l’éducation et de la recherche Anja Karliczek.

La bioéconomie est la transformation de matières premières dites renouvelables en produits pour l’alimentation humaine, animale, en énergie et autres produits biosourcés. Agriculture, forêt, agroalimentaire, chimie du végétal… la bioéconomie est à la croisée de plusieurs secteurs d’activité qui valorisent la biomasse. Innovante et verte, elle est une nouvelle manière d’appréhender l’économie.

Il s’agit donc d’une solution devant permettre d’approvisionner en alimentation, biens et produits de qualité et énergie une population mondiale croissante. Pour ce faire, il s’agit avant tout d’utiliser les ressources naturelles, sans toutefois les épuiser, en combinant les progrès réalisés dans les sciences naturelles avec la digitalisation et les nouvelles technologies.

Le sommet a rassemblé près de 700 participants, venus de plus de 70 pays. Les experts ont pu échanger dans le cadre de 14 workshops thématiques et participatifs, en marge d’un programme qui a vu se succéder tables rondes et exposés durant deux jours.

En Allemagne, le financement de la recherche en bioéconomie est ancien et conséquent. En 2010, la république fédérale a publié sa « Stratégie de recherche en bioéconomie 2030 », une des premières au niveau mondial. En plus de la recherche sur les biotechnologies, elle englobe aussi des approches systémiques. En effet, les évolutions technologiques (nouveaux concepts de bioraffineries, nouvelles enzymes, semences résistantes etc.) ne peuvent faire l’économie des résultats de la recherche dans d’autres domaines, notamment en sciences humaines et sociales, une approche financée depuis 2014 par le programme « Bioéconomie et transformation sociétale ».

Source : Bundesministerium für Bildung und Forschung, „Bioökonomie bietet große Chancen“, 19.04.2018, https://www.bmbf.de/de/biooekonomie-bietet-grosse-chancen-6040.html


Rédacteur : Fabien Baudelet, fabien.baudelet[at]diplomatie.gouv.fr – www.science-allemagne.fr

PLAN DU SITE