Parution d’une étude de l’Académie des Technologies sur l’innovation disruptive

Allemagne

Actualité
Allemagne | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
9 avril 2018

L’Académie des Technologies allemandes (acatech) et la société Max Planck ont publié en mars 2018 une étude intitulée « Stimuler l’innovation de rupture en Allemagne » (Impulse für Sprunginnovation in Deutschland). Ce rapport donne des pistes concrètes pour la création d’une agence fédérale dédiée au financement des innovations de rupture.

Le rapport dresse un bilan positif de la politique d’innovation allemande, tout en regrettant un certain conservatisme. Il plaide pour la création d’une agence pour l’innovation de rupture, dont l’objectif serait d’amener la Recherche et Développement (R&D) allemande vers une logique davantage entrepreneuriale. En effet, le rapport fait le constat que l’Allemagne parvient difficilement à transformer des innovations technologiques bien réelles en modèles économiques « de rupture », donc capables de changer les usages ainsi que de bouleverser le fonctionnement d’un marché. Les auteurs souhaitent donc compléter la politique de R&D actuelle avec cette nouvelle agence et l’augmentation de l’investissement en R&D à 3.5% du Produit Intérieur Brut (PIB).

L’échelon européen ou international n’est pas évoqué. La question soulevée par les auteurs est la suivante : quel modèle d’organisation privilégier pour une agence de soutien à l’innovation disruptive ? L’agence pour l’innovation de rupture aurait pour objectif le soutien des projets répondant à des défis ou limites technologiques actuels et présentant un véritable potentiel pour une application commerciale. Les responsables de projets, en poste 3 à 5 ans, seraient issus du monde de l’industrie, de la recherche ou du capital-risque. Ils devraient être reconnus pour leur indépendance, leur proactivité et la bonne gestion de leur réseau. Les organes de surveillance auront vocation à leur laisser un maximum d’indépendance. Idéalement dotée à terme d’un budget de 670 M€ par an, l’agence serait fondée sur le principe de compétition et aurait deux activités principales : l’organisation de concours et de remises de prix ; le suivi des projets financés.

Le financement de l’innovation disruptive fait actuellement l’objet d’intenses discussions en Allemagne et est mentionné dans l’accord de gouvernement signé en février 2018.


Source : Etude « Impulse für Sprunginnovation in Deutschland », acatech, mars 2018 http://www.acatech.de/fileadmin/user_upload/Baumstruktur_nach_Website/Acatech/root/de/Publikationen/acatech_diskutiert/acatech_DISKUSSION_Sprunginnovation_Web_01.pdf

Rédactrice : Philippine Régniez, philippine.regniez[at]diplomatie.gouv.fr et Adrien Pagano, adrien.pagano[at]dgtresor.gouv.fr – www.science-allemagne.fr

PLAN DU SITE