Le processus de transmission de la rougeole mieux compris grâce à des chercheurs de l’Institut Paul Ehrlich

Allemagne

Actualité
Allemagne | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
9 juillet 2018

Des chercheurs de l’Institut Paul Ehrlich (Hesse) sont parvenus à reproduire la transmission du virus de la rougeole sur un modèle animal. Ils ont pu démontrer qu’une interaction avec deux récepteurs cellulaires était nécessaire dans ce processus. Ces résultats pourraient permettre d’effectuer des progrès importants dans le développement de traitements contre la maladie.

Le virus de la rougeole est hautement contagieux : la probabilité de contracter le virus auprès d’une personne contaminée est d’environ 90%, à moins d’être vacciné ou d’avoir été déjà infecté.

Durant l’infection et la réplication, le virus interagit avec l’hôte infecté via deux récepteurs situés sur les cellules de l’hôte. Tout d’abord, le virus utilise un récepteur des cellules immunitaires durant l’infection, se réplique à cet endroit, puis utilise un deuxième récepteur sur les cellules sur système respiratoire, où il est transmis à l’hôte suivant. Cependant, peu d’informations étaient jusque-là disponibles sur le rôle exact de ces interactions virus-récepteurs dans la transmission du virus.

Afin de quantifier l’importance des interactions avec les récepteurs pour la transmission, les chercheurs ont infecté des furets soit avec le virus, soit avec une mutation du virus capable de n’interagir qu’avec un seul des deux récepteurs cellulaires. Les furets qui ont été mis en contact avec le virus non-modifié ont ainsi contracté la maladie, tandis que les furets soumis au virus mutant n’ont été infectés que dans une minorité de cas et n’ont pas contracté la maladie par la suite.

Ces travaux mettent en évidence l’importance des interactions avec les récepteurs cellulaires pour la transmission de la rougeole et la prolifération du virus dans la population. Sur le plan clinique, ces résultats peuvent être utiles pour le développement de substances actives qui préviennent ce type d’interactions de façon ciblée.


Source : “Ansteckung mit Masernviren : Andocken an zwei Zellrezeptoren notwendig”, communiqué de presse de Institut Paul Ehrlich, 30/05/2018 – https://www.pei.de/DE/infos/presse/pressemitteilungen/2018/08-ansteckung-masernviren-andocken-an-zwei-zellrezeptoren-notwendig.html?nn=3250580

Rédactrice : Laura Voisin, laura.voisin[at]diplomatie.gouv.fr – www.science-allemagne.fr

PLAN DU SITE