Fonte des glaces : le point de non-retour

Allemagne

Actualité
Allemagne | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
23 mars 2018

Des chercheurs des Universités de Brème en Allemagne et d’Innsbruck en Autriche viennent de démontrer dans une étude, publiée dans Nature Climate Change, que la fonte continue des glaces ne pourra être évitée dans la décennie à venir, même si la totalité des émissions était stoppée aujourd’hui. Ils ont même démontré que parcourir 500m en voiture contribue à faire fondre 1kg de glace.

L’objectif fixé à Paris lors de la COP21 est de limiter le réchauffement climatique à 2°C et si possible 1.5°C par rapport au niveau préindustriel. Des climatologues de l’Institut de géographie de l’Université de Brème et de l’Institut pour les sciences atmosphériques et arctiques de l’Université d’Innsbruck ont étudié les effets de l’atteinte –ou non de ces objectifs sur la fonte des glaces.

Que l’on se situe sur une trajectoire de réchauffement de 1.5°C ou 2°C, le résultat est globalement le même et la fonte des glaciers la même pour les 100 années à venir. En effet, plus d’un tiers de la masse des glaciers ne peut désormais plus être sauvée et disparaitra de toute façon, même en prenant les mesures les plus ambitieuses qu’il soit.

Mais à plus long terme, l’atteinte de l’objectif de 1.5 ou 2°C n’aura pas les mêmes conséquences sur la fonte des glaces. La caractéristique des glaciers est qu’ils réagissent très lentement au changement climatique. Selon les chercheurs, si nous voulions conserver le volume actuel de glace, il faudrait revenir à un niveau de température égal à celui de l’époque préindustrielle.

Pour rendre leurs résultats tangibles, les chercheurs sont parvenus à calculer que chaque kg de CO2 que nous émettons aujourd’hui entrainera la fonte de 15kg de glace à long-terme, ou encore qu’un kg de glacier fond pour 500m parcourus en voiture.

Ces travaux ont été financés par le ministère fédéral allemand de l’éducation et de la recherche (BMBF), la fondation allemande pour la recherche et avec le soutien du Ministère fédéral autrichien de la science et de la recherche.


Source : BARTOS Mélanie, Büro für Öffentlichkeitarbeit, Universität Innsbruck, Glacier mass loss : past the point of no return, 03/19/2018, https://idw-online.de/en/news691015

Rédacteur : Fabien Baudelet, fabien.baudelet[at]diplomatie.gouv.fr – www.science-allemagne.fr

PLAN DU SITE