Agents pathogènes hospitaliers multirésistants : une nouvelle procédure de test accélère leur diagnostic

Allemagne

Actualité
Allemagne | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
12 octobre 2018

Une équipe de chercheurs de la Faculté de médecine de Cologne (Rhénanie-du-Nord–Westphalie), en coopération avec le Centre allemand de recherche sur les infections (DZIF), a réalisé une percée scientifique pour accélérer le diagnostic des pathogènes hospitaliers multirésistants. Grâce à une nouvelle méthode immunochromatographique, les chercheurs ont pu identifier dans des échantillons de sang les bactéries résistantes aux antibiotiques de la classe des carbapénemes en 20 à 45 minutes et avec une certitude de 100%, sachant que les procédures d’essai actuelles durent encore jusqu’à 72 heures. Les résultats ont été publiés dans la revue scientifique PLOS ONE.

Les patients atteints d’infections causées par des pathogènes Gram négatif, comme Escherichia coli, présentent un taux de mortalité élevé. Jusqu’à présent, l’infection pouvait être généralement bien traitée avec des antibiotiques. Mais en raison de l’augmentation de l’antibiorésistance, la guérison est devenue de plus en plus difficile. Les infections causées par des agents pathogènes multirésistants conduisent souvent à un traitement antibiotique inefficace et donc à une mortalité plus élevée. Afin de détecter ces pathogènes dans la circulation sanguine, les praticiens utilisent actuellement des méthodes qui nécessitent de 16 à 72 heures.

Le diagnostic accéléré est donc une étape essentielle pour traiter plus rapidement et plus spécifiquement les patients atteints d’infections causées par des bactéries résistantes aux antibiotiques carbapénèmes et pour contenir la propagation de ces pathogènes. La résistance des bactéries Gram négatif est habituellement causée par des enzymes connues sous le nom de carbapénemases.

Les chercheurs ont donc examiné des échantillons de sang mélangés à des bactéries productrices de carbapénemases. Trois des quatre carbapénémases les plus courantes - OXA-48, KPC et NDM - peuvent être détectées directement à partir d’hémocultures positives à l’aide d’une seule procédure de test, sans qu’il soit nécessaire de procéder à une culture supplémentaire et chronophage. La nouvelle procédure est rapide, facile à utiliser, peu coûteuse ( 10 €/test) et peut être réalisée dans tout laboratoire de microbiologie clinique.

L’étude sur la preuve de principe, financée par la faculté de médecine de l’Université de Cologne, démontre l’innocuité et l’efficacité de cette nouvelle procédure. Cependant, avant que la nouvelle méthode puisse remplacer le diagnostic conventionnel et être introduite dans la pratique clinique, d’autres études sont encore nécessaires.


Publication scientifique : Hamprecht, A., Vehreschild, J. J., Seifert, H., & Saleh, A. (2018). Rapid detection of NDM, KPC and OXA-48 carbapenemases directly from positive blood cultures using a new multiplex immunochromatographic assay. PloS one, 13(9), e0204157.

Sources :

Rédactrice : Laura Voisin, laura.voisin[at]diplomatie.gouv.fr – www.science-allemagne.fr

PLAN DU SITE