3 milliards d’euros pour le développement de l’intelligence artificielle en Allemagne

Allemagne

Actualité
Allemagne | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
28 novembre 2018

Le 15 novembre 2018, la Chancellerie fédérale allemande a rendu publique sa stratégie pour le développement de l’intelligence artificielle (IA) en Allemagne. Celle-ci prévoit notamment un investissement public de 3 milliards d’euros jusqu’en 2025.

Sous le nom « Une intelligence artificielle made in Germany », qui rappelle les précédentes stratégies industrielles mises en place par l’Allemagne, le gouvernement allemand a adopté la proposition de stratégie issue de trois ministères : le Ministère fédéral de l’Economie et de l’Energie (BMWi), le Ministère fédéral de l’Education et de la Recherche (BMBF) et le Ministère fédéral du Travail et des Affaires Sociales (BMAS).

Cette stratégie répond aux trois objectifs suivants :
1. Faire de l’Allemagne et de l’Europe des leaders mondiaux du développement et de l’utilisation des technologies d’intelligence artificielle ainsi que garantir la compétitivité allemande dans le futur ;
2. Garantir le développement et l’utilisation responsables de l’intelligence artificielle, au service du bien de la société ;
3. Intégrer l’IA dans l’ensemble de la société en termes éthiques, légaux, culturels et institutionnels, dans le contexte d’un vaste dialogue social et de mesures politiques concrètes.

Différentes mesures doivent permettre d’atteindre ces trois objectifs.

1. Faire de l’Allemagne et de l’Europe des leaders mondiaux du développement et de l’utilisation des technologies d’intelligence artificielle ainsi que garantir la compétitivité allemande dans le futur

  • Le développement d’un réseau fédéral de douze centres de compétences et de hubs de transferts, à partir des quatre centres de compétences en machine learning créés en septembre 2018 (Dortmund, Munich, Tübingen et Berlin) ;
  • La constitution d’un réseau franco-allemand de recherche et d’innovation s’appuyant sur ces centres de compétence ainsi que sur les instituts français « 3IA » ;
  • La mise en place d’un programme d’attractivité pour les chercheurs en IA passant par la création d’aux moins cent nouveaux postes de professeurs dans les universités allemandes ;
  • L’investissement dans l’IA via les appels à projets financés par la nouvelle agence pour l’innovation disruptive [1] ;
  • La création d’un cluster européen pour l’innovation dans l’IA dont le but serait de financer des projets de recherche coopératifs pendant les cinq prochaines années ;
  • Le soutien à l’intégration de l’IA dans les PME du « Mittelstand » allemand via les centres de compétences créés par la stratégie « Industrie 4.0 » de 2015 [2] ;
  • L’aide à la mise en place d’expérimentations pour les entreprises ;
  • Le quadruplement du montant de l’aide à la création d’entreprise via le programme EXIST à partir de janvier 2019 ;
  • Le renforcement de structures de financements existantes pour soutenir le capital-risque et la dette à risque avec l’établissement d’un fond pour la croissance technologique (« Tech Growth Fund »)
  • La constitution d’une offre de conseil à destination des entrepreneurs ;
  • La mise en place de mesures incitatives et des conditions-cadres pour le partage volontaire des données conformes aux exigences en matière de protection des données, et la mise en place d’une infrastructure de données et d’analyse fiable, y compris la création d’une plate-forme cloud adjacente avec une capacité de stockage et de calcul scalable.

2. Garantir le développement et l’utilisation responsables de l’intelligence artificielle, au service du bien de la société ;

  • La création d’un Observatoire Allemand pour l’IA et l’incitation à la création d’un observatoire semblable au niveau européen ;
  • La promotion du dialogue européen et transatlantique pour le développement d’une IA centrée sur l’humain dans le monde du travail ;
  • L’élaboration d’un vaste ensemble d’instruments pour promouvoir les compétences de la population active, dans le cadre de la stratégie nationale de formation continue ;
  • L’intégration, au sein de la stratégie pour les emplois qualifiés, d’un suivi du développement des emplois qualifiés dans la transformation numérique et les technologies d’IA ;
  • La possibilité de co-détermination dans les entreprises de l’introduction et de l’application des technologies d’IA ;
  • La mise en place d’espaces d’expérimentations pour les applications opérationnelles de l’IA dans le monde du travail ;
  • La promotion des applications de l’IA dans les domaines de l’environnement et du climat avec pour objectif le développement de cinq projets phares et l’établissement de critères d’évaluations spécifiques

3. Intégrer l’IA dans l’ensemble de la société en termes éthiques, légaux, culturels et institutionnels, dans le contexte d’un vaste dialogue social et de mesures politiques concrètes ;

  • L’organisation d’une consultation des autorités pour la protection des données et des associations professionnelles afin d’élaborer des lignes directrices communes pour le développement et l’application de systèmes d’IA conformes à la loi sur la protection des données et de préparer des exemples de bonnes pratiques ;
  • La promotion du développement des applications innovantes qui favorisent l’autonomie, la participation à la vie sociale et culturelle et la protection de la vie privée des citoyen.ne.s ;
  • Le soutien à l’éducation et à la conception multidisciplinaire des technologies sociales via la création d’un « Fonds d’avenir pour le travail social et la société »
  • Le développement de la plateforme « Systèmes auto-apprenants » créée en 2017 [3], qui devient « Plateforme pour l’intelligence artificielle » pour l’échange entre la société civile, la politique, la science et l’économie.

Le détail de ces différentes mesures sera annoncé lors du Sommet Numérique (Digital Gipfel) annuel qui se tiendra à Nuremberg (Bavière) les 3 et 4 décembre 2018.

[1] « Création d’une agence allemande pour l’innovation de rupture » 10.09.2018 https://www.science-allemagne.fr/politiques-de-la-recherche-nodossier/creation-dune-agence-allemande-pour-linnovation-de-rupture/

[2] « Le gouvernement fédéral accompagne les petites et moyennes entreprises allemandes dans la transition numérique de l’industrie » 20.10.2015 https://www.science-allemagne.fr/tic-et-transports/internet/le-gouvernement-federal-accompagne-les-petites-et-moyennes-entreprises-allemandes-dans-la-transition-numerique-de-lindustrie/

[3] « Le ministère fédéral de l’Enseignement et de la Recherche (BMBF) annonce la création d’une plateforme dédiée à l’Intelligence Artificielle » 22.09.2017 https://www.science-allemagne.fr/medecine-et-sante/biotechnologies/le-ministere-federal-de-lenseignement-et-de-la-recherche-bmbf-annonce-la-creation-dune-plateforme-dediee-a-lintelligence-artificielle/

Source : Parution de la stratégie allemande en Intelligence artificielle, « Strategie Künstliche Intelligenz der Bundesregierung » 15.11.2018
https://www.ki-strategie-deutschland.de/home.html

Rédactrice : Philippine Régniez, philippine.regniez[at]diplomatie.gouv.fr – www.science-allemagne.fr

PLAN DU SITE