La Silver Economie en Suisse, un marché d’avenir

Partager
Suisse

Actualité
Suisse | Silver économie : l’innovation pour la longévité
13 novembre 2015

Suite au 3ème Forum franco-suisse de l’Innovation, consacré cette année à la Silver Economie, le développement de services et technologies prenant en compte des besoins spécifiques des personnes âgées apparait comme un marché porteur.

Le contexte suisse

En Suisse, l’espérance de vie est supérieure à 80 ans, un citoyen sur cinq aura bientôt plus de 65 ans, puis ce sera un sur quatre en 2030, soit 2 millions d’habitants. Cette population suisse vieillit en bonne santé et avec des moyens conséquents (le revenu disponible médian des plus de 65 ans est de 44 000 CHF alors qu’il est de 56 200 pour le segment 50-64 ans).

Cette population âgée est néanmoins hétérogène, tant dans son âge et son état de santé que dans sa sensibilité à la technologie. Ainsi, en 2014, 54% des plus de soixante ans suisses utilisent régulièrement Internet, et de même pour 38% des plus de soixante-dix ans. La proportion des séniors utilisant Internet, les « Silver Surfers », est en constante augmentation. L’usage d’Internet renforce le sentiment de sécurité des séniors, et ils considèrent que cet outil leur permettra de rester plus longtemps indépendants. Si la population des séniors suisses est « connectée » et a une attitude positive à l’égard des nouvelles technologies, il faut noter que la complexité technique, les questions de sécurité et de maitrise des outils sont des freins à leur utilisation. Néanmoins, une proportion non négligeable de cette population n’utilise pas Internet et les nouvelles technologies, au risque d’être exclue de certains domaines de la société.

Il est ainsi important de prendre en compte les besoins spécifiques des séniors dans les développements de produits TIC leur étant destinés.

Les marchés et enjeux

Les marchés ouverts à la Silver Economie sont variés : santé et e-santé ; mobilité ; qualité de vie ; logement et indépendance. Dans ces marchés, l’enjeu principal est de « trouver les moyens de bien vieillir », comme l’a rappelé S.Exc. M. René Roudaut, Ambassadeur de France en Suisse. Il s’agit notamment ici d’apporter des solutions pour le maintien à domicile, souhait exprimé par 9 seniors sur 10, et de favoriser l’autonomie des personnes. La prévention est un des leviers de la réussite.

Les moyens de mise en œuvre d’un marché de la Silver Economie passent par l’aide technologique, les appareils connectés, mais aussi la santé à distance et le développement de moyens techniques pour la détection du comportement et de l’état de santé des personnes. Ainsi, la gerontotechnologie, la technologie dirigée pour les besoins spécifiques des seniors, constitue un marché important.

Le domaine de la (e-)santé

L’un des domaines important de la Silver Economie est celui de la santé, et notamment celui de la « e-santé », la santé à distance. Ce domaine est particulièrement intéressant en Suisse où une pénurie de médecins se fait déjà sentir. La pénurie de médecins concerne principalement les médecins généralistes, qui représentent aujourd’hui 16% des médecins suisses, alors que la moyenne dans la zone OCDE est de 26%. Les causes de cette pénurie sont doubles, d’une part l’existence d’un Numerus Clausus mis en place par les universités depuis 1999, et d’autre part l’orientation des étudiants vers les formations de médecin spécialiste. Certaines spécialités, comme la psychiatrie, ont aussi un vrai déficit de praticiens.

Le développement de la télémédecine est une réponse envisagée pour pallier cette pénurie de personnels médicaux. Il est à noter que la télémédecine existe déjà en Suisse, on pourrait citer l’exemple de Medgate, et est appréhendée positivement par les patients et les professionnels de la santé. L’expérience normande de « Domoplaies », présentée par le directeur du Réseau de Télémédecine appliqué aux Plaies Jean-Pierre Blanchère, est un exemple à suivre qui montre l’efficacité et le potentiel de la télémédecine. Ce modèle organisationnel permet de diminuer le coût des soins sans diminuer leur qualité tout en laissant les patients dans leur lieu de vie, un vrai plus pour les personnes âgées.

La santé dans la Silver Economie, c’est aussi le développement d’objets de santé connectés, qui peuvent soit mesurer de façon passive l’état de santé des seniors et lancer des alertes si besoin, soit les assister au quotidien de manière active. Ainsi, les smart-canes et les déambulateurs connectés peuvent fournir une assistance active à la déambulation. Bien qu’aucun modèle ne soit commercialisé pour l’instant, de nombreux développement technologiques existent ou sont en phase de recherche : mesure des appuis, guidage, mesure du rythme cardiaque, rattrapage des déséquilibres, assistance active à la transition assis-debout,…

Illust: Déambulateur robotisé, 1.2 Mo, 905x770
Déambulateur robotisé pour faciliter les déplacements, projet MIRAS (ANR TecSan ANR-08-TECS-009-02) Crédits : Viviane Pasqui

Cette évolution dans le domaine de la santé des seniors entraine un changement dans la pratique. Le patient peut désormais avoir un rôle plus actif dans le suivi de ses pathologies et de nouveaux métiers médicaux vont émerger, comme celui d’infirmière-expert. Il en résulte un besoin de formation important, tant pour les professionnels que pour l’éducation thérapeutique des patients.

Le respect de la personne comme valeur importante

Dans le développement de ce marché très technologique, le risque est de considérer les seniors comme une population à part, peu intégrée, et de ne pas écouter leurs souhaits. La dimension éthique est donc importante dans le développement de la Silver Economie. Il convient en proposant un nouveau service aux personnes âgées, et particulièrement dans le domaine de la santé, de s’interroger sur la bienfaisance de ce service. Ainsi, une étude menée par l’EESP de Lausanne a montré que le lien social est un critère central dans le choix d’une entreprise d’aide à domicile. Le lien social devient ainsi lui-même un terrain d’innovation et même un marché de niche. D’autre part, une partie de la population âgée n’est pas connectée et se désintéresse des nouvelles technologies : des efforts sont donc à faire pour toucher et intégrer cette partie de la population.

Le développement de nouvelles technologies et de services adaptés fait donc les beaux jours de la Silver Economie, un marché en constante évolution car nous, les jeunes connectés d’aujourd’hui, sommes les seniors de demain.

Pour en savoir plus :
Comptes-rendus du forum sur la Silver Economie par l’Ambassade de France en Suisse et HES-SO

Rédacteur :
Emilie Fallet – Chargée de mission scientifique et universitaire en Suisse - emilie.fallet[a]diplomatie.gouv.fr