Cellules-souches : l’environnement 3D stimule la reprogrammation

Partager
Suisse

Brève
Suisse | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Médecine individualisée
18 janvier 2016

La compression de cellules somatiques dans un environnement tridimensionnel favorise leur reprogrammation en cellules-souches pluripotentes induites (CSPi). C’est ce que montrent des travaux menés par des chercheurs de l’Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) publiés le 11 janvier 2016 dans la revue Nature Materials.

JPEG - 53.3 ko
Image : Illustration d’une colonie des CSPi dans un gel 3D. Crédits Matthias Lutolf (EPFL)

La reprogrammation in vitro de cellules différenciées en CSPi nécessite la surexpression de 4 gènes spécifiques. Elle est cependant limitée, le nombre de cellules produites étant restreint. Le potentiel d’application de ces cellules-souches est donc limité par la difficulté de leur production.

Les chercheurs de l’EPFL ont étudiés les effets de modifications des caractéristiques physiques d’une matrice extracellulaire 3D artificielle dans laquelle étaient cultivées des cellules matures différenciées. Ils démontrent que les modifications dans la composition biochimique et la rigidité de ce microenvironnement influent sur la génération des CSPi. Ainsi, des conditions particulières de compression des cellules augmentent l’efficacité de la reprogrammation.


Sources :

Actualités EPFL
Article dans Nature Materials

Rédacteur :
Emilie Fallet – Chargée de mission scientifique et universitaire en Suisse - emilie.fallet[a]diplomatie.gouv.fr