Nutrition : un aperçu de la recherche à Singapour

Partager
Singapour

Rapport
Singapour | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Agronomie et alimentation
28 juillet 2016

Ces dernières années la cité-Etat a vu une évolution constante des cas de diabète et d’obésité et les prévisions ciblent 25 % de la population concernée par le diabète de type 2 en 2025. Ce dernier se place d’ailleurs à la 10ème place des maladies les plus meurtrières dans le pays. Les coûts de santé relatifs à ces pathologies ont été évalués à 1,4 trillions USD en 2010. Si l’on ajoute à cela le peu de connaissance actuel sur les régimes alimentaires en Asie, les besoins nutritionnels asiatiques et les différences avec le phénotype caucasien, il n’en fallait pas plus pour que la cité-Etat s’empare de la thématique dans le but de devenir le Hub régional de la nutrition.

Depuis 2012, plus de 100 M € ont été investi avec le lancement de 2 centres de recherche en Nutrition entre L’Agence pour la Science, la Technologie et la Recherche (A*STAR) en particulier via le Singapore Institute of Clinical Sciences (SICS) et un établissement de santé public NUHS, travaillant en collaboration sur des thématiques similaires.

Une Initiative pour les Sciences Nutritionnelles, les Maladies Métaboliques et le Développement Humain à hauteur de SGD 148 M a d’abord vu le jour. Pionnière en Asie en termes de recherche centrée sur la nutrition, les maladies métaboliques et le développement humain, son but est la compréhension du rôle de la nutrition sur la progression de l’obésité et des maladies métaboliques comme le diabète.

L’article continue après cette fiche thématique :

En 2014, un autre investissement de SGD 20 M a été alloué pour la création du Clinical Nutrition Research Centre (CNRC), le 1er centre d’Asie regroupant des recherches en alimentation et nutrition. Il a pour but de collaborer avec les secteurs privé et public et transférer les découvertes en solutions applicables comme des produits ou régime alimentaire. Le CNRC est le premier centre en Asie à être équipé de deux calorimètres « corps-entier », et d’autres équipements incluent un laboratoire pour l’analyse chimique des aliments, des cabines pour l’analyse sensorielle et les tests cognitifs assistés par ordinateur, des scanners lasers pour la mesure du volume corporel…etc.

Plusieurs des plus grandes entreprises agro-alimentaires mondiales ont basé leurs opérations de recherche à Singapour (Nestlé, Procter & Gamble, Abbott…), tirant partie de sa position de hub pour l’Asie et de sa population multi-ethnique permettant l’analyse du marché et des préférences des consommateurs. Des partenariats avec Danone, Mead Johnson, BENEO Asia Pacific et DSM ont d’ailleurs déjà été signés.

Ces projets ne représentent que la première partie d’un plan plus large visant à déterminer comment la nutrition prédispose à certaines maladies (obésité, désordres métaboliques…) s’appuyant sur des cohortes de patients avant/pendant/après la grossesse ou sur des thématiques de vieillissement. Cette nouvelle priorité singapourienne se positionne donc à cheval sur plusieurs domaines stratégiques déjà mis en place comme le biomédical, le traitement et la gestion des maladies chroniques ou les problématiques liées au vieillissement, vues par le prisme de la nutrition.

Lien internet du Singapore Institute of Clinical Sciences (SICS) :
https://www.a-star.edu.sg/sics

Lien internet du Clinical Nutrition Research Centre (CNRC) :
https://www.a-star.edu.sg/cnrc