Aéronautique, spatial et innovation à Singapour

Partager
Singapour

Rapport
Singapour | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
5 avril 2016

Souvent désigné comme un véritable hub aérospatial, Singapour dispose de son aéroport international Changi, classé en 2015 à la 17ème place des aéroports les plus fréquentés du monde par nombre de passagers par le Conseil international des aéroports. L’industrie aéronautique vibrante rapporte aussi plus de 8,7 milliards de dollars américains et compte plus de 20000 employés en 2016. La région va représenter 36% des livraisons d’avions, passagers ou cargo, selon Boeing, qui évalue à 13500 le nombre d’appareils qui voleront en Asie-Pacifique en 2031, contre 5090 en 2012.

Chiffres clés à Singapour

Plus de 8,7 milliards US$ de profit dégagé par l’industrie aéronautique en 2012
+20000 emplois liés aux industries aéronautiques (dont 90% qualifiés)
+100 entreprises implantées couvrant tous les domaines d’intégration aéronautiques
+1600 hectares dédiés au fonctionnement de l’aéroport de Changi et aux activités aéronautiques à Seletar
+10 formations universitaires spécialisées à travers les universités et instituts singapouriens
En 2031, la flotte de l’Asie-Pacifique devrait tripler à plus de 13500 avions.

Singapour s’est imposée parmi les économies les plus performantes du monde, et notamment grâce à sa capacité d’innovation. Ainsi la Cité-Etat est classée au 2ème rang mondial par le World Economic Forum en matière de compétitivité (Global Competitiveness Report) en 2016, devant la France (22ème rang). Les dépenses de R&D qui représentaient seulement 1% du PIB au milieu des années 1990, se sont élevées jusqu’à 2,2% en 2013 (soit 7,6 milliards de dollars singapouriens), une proportion équivalente à celle de la France et proche de la moyenne OCDE (2,4%). La bonne gestion des espaces (par exemple avec la création du parc aérospatial Seletar) permet à Singapour de se hisser à la 1ère place du classement de la banque mondiale pour sa faciliter à faire des affaires.
C’est dans ce cadre que plus de 100 entreprises aérospatiales internationales se sont implantées à Singapour pour exercer leurs activités depuis les opérations de maintenance (révision du moteur, maintenance du fuselage, réparation des systèmes avioniques), de R&D, de logistique et de fabrication.

Rédacteur : Antoine de Marassé-Enouf - Chargé de mission scientifique, sciences de l’ingénieur - Ambassade de France à SIngapour
antoine.demarasse chez ambafrance-sg.org