Singapour

Veille scientifique et technologique de Singapour


La mission de la section scientifique, dans le domaine des sciences et de la technologie, est de :

  • Soutenir et faciliter le développement de projets, programmes de recherche et laboratoires conjoints ;
  • Contribuer à renforcer la place des sciences et technologies françaises à Singapour ;
  • Diffuser en France des informations sur l’actualité scientifique et technologique singapourienne et inversement dans le cadre d’une activité de veille.


Dernières actualités

L’électromobilité à Singapour

Singapour | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Stockage de l’énergie
Brève
22 juillet 2016

Singapour travaille à l’établissement de politiques gouvernementales d’innovation et d’opérations de R&D. Les différentes agences et les secteurs publics/privés travaillent ensemble dans la mise en place d’une série de feuilles de route à suivre dans plusieurs secteurs (énergie notamment). Ainsi, la Land Transport Authority (LTA) via le laboratoire ERI@N (Energy Research Institute @NTU) vient de publier ses analyses et recommandations au bon développement de la mobilité électrique à Singapour. C’est par ailleurs dans ce contexte de formulation stratégique des axes de développement à suivre que la solution BlueSG (Autolib du groupe Bolloré) a signé le déploiement d’une flotte de 1000 véhicules électriques à partir de 2017.

Coopération scientifique - Le programme PHC Merlion : Catalyseur de la Chimie Verte

Singapour | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique | Chimie du végétal | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
Actualité
22 juin 2016

La chimie verte, c´est la conception de nouveaux procédés chimiques respectueux de l´environnement. Un domaine à forts enjeux qui rend les transformations chimiques plus efficaces et moins énergivores. Grâce au programme de coopération scientifique MERLION, le Dr. Ning Yan, Directeur du « Lab for Green Catalysis » au Department of Chemical and Biomolecular Engineering (ChBE) de la National University of Singapore (NUS) et le Dr. Karine Philippot qui dirige l´équipe « Ingénierie des Nanoparticules Métalliques » au sein du Laboratoire de Chimie de Coordination (LCC) du CNRS à l´Université de Toulouse ont eu l´opportunité de collaborer sur la valorisation de la lignine par la nano-catalyse pour la production de composés organiques et carburants verts. Retour sur cette expérience avec lepetitjournal.com et les deux responsables de laboratoires.

Singapour investit dans l’impression 3D

Singapour | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
Actualité
1er juin 2016

Gain de temps, économie de matériaux, réduction de l’impact environnemental, les intérêts de l’impression 3D sont nombreux et applicables dans de nombreux secteurs d’activité. Singapour inaugure son nouveau centre "Singapore Centre for 3D Printing" au sein de son Université NTU en partenariat avec plusieurs industriels.

Coopération scientifique – Entretien avec Christian Miniatura, directeur de recherches au CNRS

Singapour | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
Brève
25 avril 2016

Directeur de recherches au CNRS, Christian Miniatura dirige le laboratoire MajuLab, Unité Mixte Internationale de recherche franco-singapourienne. Il est Professeur invité au Centre for Quantum Technologies (CQT) de la National University of Singapore (NUS) ainsi qu’à la School of Physical and Mathematical Sciences (SPMS) de la Nanyang Technological University (NTU). Dans son entretien avec le lepetitjournal.com il nous parle du formidable essor de la recherche à Singapour et de son parcours, de physique quantique et du succès du programme MERLION, élément clé pour l’initiation de collaborations scientifiques.

Fusionopolis Two et A*STAR (Agence pour la Science, la Technologie et la Recherche) : Accélérer l’innovation

Singapour | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
Actualité
15 avril 2016

Au centre de Singapour, le campus One-North a été pensé avec soin. Avec ses installations à la pointe de la technologie, les différentes plateformes de Recherche en Sciences de l’Ingénieur et en Sciences de la Vie forment un écosystème qui favorise l’innovation multidisciplinaire et la coopération entre le secteur public et les acteurs technologiques du secteur privé. Profitez en pour découvrir notre rapport sur A*STAR, L’Agence pour la Science, la Technologie et la Recherche, à Singapour, à la fois opérateur de recherche, institut décisionnaire et agence de financement.

Aéronautique, spatial et innovation à Singapour

Singapour | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique
Rapport
5 avril 2016

Souvent désigné comme un véritable hub aérospatial, Singapour dispose de son aéroport international Changi, classé en 2015 à la 17ème place des aéroports les plus fréquentés du monde par nombre de passagers par le Conseil international des aéroports. L’industrie aéronautique vibrante rapporte aussi plus de 8,7 milliards de dollars américains et compte plus de 20000 employés en 2016. La région va représenter 36% des livraisons d’avions, passagers ou cargo, selon Boeing, qui évalue à 13500 le nombre d’appareils qui voleront en Asie-Pacifique en 2031, contre 5090 en 2012.