Des scientifiques tchèques travaillent sur la compréhension des stades non-résolus de formation de l’univers

Partager
République Tchèque

Actualité
République Tchèque | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement
15 janvier 2016

Des scientifiques tchèques ont participé au sein d’une équipe de recherche internationale qui a publié dans la prestigieuse revue « Nature » une étude permettant de mieux comprendre les premières phases de formation de l’univers.

A l’aide du télescope spatial Hubble, les chercheurs s’intéressent à des galaxies de type "petit pois", où sont produites de nombreuses étoiles. Les scientifiques ont pu démontrer que ces galaxies expulsaient de façon très intense des photons ionisés dans l’espace.

C’est une première confirmation que le rayonnement des étoiles peut traverser des nuages denses de gaz et de poussière dans l’espace intergalactique. C’est une source probable de l’énergie qui fut nécessaire dans les étapes du développement de l’univers.

Selon Ivana Orlitová co-auteure de l’étude et membre de L’Institut d’astronomie de l’Académie des Sciences de République tchèque, c’est une étape fondamentale pour la compréhension des premiers temps de l’univers.

L’étape suivante sera de déterminer le nombre des galaxies responsables de la réionisation de l’univers après le Big Bang.

Le principal objectif de l’étude des prémisses de l’univers est de comprendre la création des premières structures cosmologiques et la formation des premières étoiles. Certaines données ne peuvent pas être obtenues à partir de télescopes au sol, il est nécessaire d’utiliser un télescope spatial comme Hubble.

Le télescope spatial James Webb conçu par la « National Aeronautics and Space Administration » (NASA), l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence spatiale canadienne (ASC), remplacera dans le futur le télescope spatial Hubble et permettra d’aller plus loin dans l’acquisition de nouvelles connaissances sur l’univers.

Ce nouveau télescope ne va pas évoluer en orbite basse par rapport à la Terre, il sera situé à environ 1,5 million de kilomètres de notre planète, sur le côté opposé du soleil. En 2018, les scientifiques indiqueront l’endroit où il sera mis en orbite.

Pour en savoir plus :

http://data.press.avcr.cz/sys/galerie-download/160113-tz-vedci-na-stope-vyvoje-ranneho-vesmiru.pdf?0.34332229592837393

http://www.asu.cas.cz/articles/1012/19/vedci-na-stope-nevyresene-etapy-vyvoje-raneho-vesmiru

Source :

http://data.avcr.cz/sd/novinky/oblast-I/160114-vedci-na-stope-vyvoji-raneho-vesmiru.html

Rédacteur(s) : Clément DIOT – clement.diot[a]ifp.cz