Découverte de tombes à Letňany

Partager
République Tchèque

Brève
République Tchèque | Sciences Humaines et sociales
10 juillet 2015

Les équipes de l’Institut d’Archéologie de République tchèque ont découvert en novembre et décembre derniers deux tombes contenant les dépouilles de membres de la classe dirigeante de la culture Bylany à Letňany, à Prague.

La culture Bylany est associée au site archéologique de Bylany, près de Kutná Hora, dont l’excavation a commencé dans les années 1950. Ce site est un lieu sédentarisation des premières populations agricoles d’Europe centrale et un des lieux privilégiés de l’étude de la culture de la poterie linéaire (LBK – Linearbandkeramik).

Les deux tombes découvertes sont datées du début de l’Age de fer (8ème-7ème siècles avant J.-C.) et font de Letňany le deuxième lieu de la capitale dans lequel a été découvert un chariot funéraire, typique de la culture Bylany, le premier ayant été découvert à Bubeneč en 1907.

La première tombe présente en effet les restes d’un véhicule en bois, sur lequel reposait la dépouille. La fosse rectangulaire de 3 sur 5 mètres contient à chaque angle les restes de quatre roues ferrées et ornementées, ainsi que des chaines en bronze et des éléments décoratifs d’un harnais de cheval. Les archéologues y ont également trouvé 21 récipients en céramique caractéristique de la techniques Bylany. La poterie était en effet produite à la main à partir de petit boudins d’argile dressés en spirale afin de créer le récipient sans utiliser de tour de potier. Enfin, ont également été trouvés des morceaux de bœuf, de chèvre et de cochon, probablement originellement empalés sur un pieu en fer.

Le squelette princier de la seconde tombe ne reposait pas sur un chariot, mais un joug en bois et des composants de harnais équestre en bronze, ornés, y étaient également déposés. A droite de la dépouille ont été retrouvés des récipients peints ou décorés au graphite et derrière eux des restes animaliers. Enfin, l’ensemble funéraire comprenait également une lance en fer et des bracelets en bronze.

Les éléments en bois, comme par exemple le chariot, ont été conservés, notamment au contact des objets en métal.

Les squelettes ont été identifiés comme appartenant à la classe dirigeante par le mode de sépulture et également grâce aux bijoux qu’ils portaient, comme des bagues en bronze et une en ambre.

Pour en savoir plus, contacts :

Sources :

Rédacteur(s) : Delphine Strohl – Delphine.Strohl[a]ifp.cz