Croissance du financement de la R&D Re publique tchèque

Partager
République Tchèque

Actualité
République Tchèque | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
21 décembre 2016

Selon un rapport de l’OCDE, la part du PIB tchèque consacrée à l’innovation ne cesse de croître depuis plusieurs années, contrairement à ses autres pays membres. Les pays de l’OCDE montrent en effet une baisse des financements de ces derniers dans la recherche et le développement depuis 2010, alors que ce chiffre était en hausse constante depuis 1981.

Le rapport indique que la dépense intérieure brute de R&D en République tchèque est passée de 1,3% du PIB en 2009 à 2% en 2014. L’objectif affiché par Prague de consacrer 2,7% de son PIB à la recherche à l’horizon 2020 est d’ailleurs jugé crédible. L’argent public est mobilisé à hauteur de 0,67% du PIB tchèque. C’est plus que la moyenne des pays de l’OCDE (0,61%) dans lesquels les financements publics ont eu tendance à stagner voire à diminuer ces dernières années. Ce n’est pas le cas en République tchèque où ils croissaient de 3,4% par an en moyenne entre 2009 et 2014. L’argent privé vient lui plus souvent des entreprises étrangères ou de leurs filiales implantées dans le pays.

Cependant, selon l’OCDE, le secteur de la R&D tchèque doit encore être amélioré. Par exemple, les Tchèques peinent encore à publier des articles dans des revues de renommée internationale. De surcroît, l’OCDE recommande l’introduction d’une nouvelle méthodologie pour l’évaluation de la recherche. C’est ce que prévoit une loi préparée par le vice-premier ministre Pavel Bělobrádek. Ce dernier appelle également de ses voeux la création d’un véritable ministère pour la science.

Ce projet est en cours depuis juillet 2016, quand le Conseil législatif du gouvernement a recommandé la création d’un tel ministère. Sa création permettrait de faciliter le système actuel, qui répartit le financement des projets, les pouvoirs d’évaluation et de contrôle, ou encore les questions liées à l’avenir de l’orientation de la recherche, entre plusieurs institutions. Le graphique suivant du Ministère de l’Education, de la Jeunesse et des Sports, illustre l’extrème complexité de cette organisation.

Cette centralisation d’autorité a pour objectif d’augmenter la qualité et la compétitivité de la recherche en République tchèque. Avant l’adoption de ce projet, il faudrait néanmoins modifier la loi qui définit le nombre et la fonction des ministères. Jusqu’à présent, le domaine de la recherche en République tchèque est sous l’autorité du Ministère de l’Education, de la Jeunesse et des Sports.

Pour en savoir plus :
Page web du profil de Pavel Bělobrádek :
https://www.vlada.cz/en/clenove-vlady/pavel-belobradek-115422/ (anglais)

Source :
Articles de Radio Prague
http://www.radio.cz/fr/rubrique/economie/la-tchequie-consacre-davantage-dargent-a-la-recherche-et-au-developpement
http://www.radio.cz/fr/rubrique/infos/le-projet-dun-nouveau-ministere-pour-la-recherche-et-linnovation-se-concretise
Rapport de l’OCDE, Main Science and Technology Indicators, Volume 2016 Issue 1
http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/main-science-and-technology-indicators/volume-2016/issue-1_msti-v2016-1-en#.WFpj0dLhDcs#page1 (anglais)

Rédactrice : Julie HALLAC – julie.hallac[at]ifp.cz