Au Portugal, les femmes sont majoritaires pour étudier les sciences

Portugal

Actualité
Portugal | Politiques de recherche, technologiques et universitaires
30 août 2019

Au Portugal, 57% des étudiants dans les domaines scientifiques sont des femmes. La visibilité qu’elles obtiennent constitue un exemple pour les jeunes générations, et vient renforcer cette tendance.

Au Portugal, 57% des étudiants dans les domaines scientifiques sont des femmes. La visibilité qu’elles obtiennent constitue un exemple pour les jeunes générations, et vient renforcer cette tendance.

Le nombre de femmes qui étudient les sciences au Portugal est devenu une statistique particulière pour le pays, en première place dans les pays de l’OCDE pour ce qui concerne le nombre de femmes qui étudient et se forment dans les sciences : 57%, bien au-dessus de la moyenne des membres de l’OCDE (39%). A titre de comparaison, ce chiffre est de 38% en France.

L’étude de l’OCDE publiée l’année dernière a évalué la parité entre les sexes dans les différents pays et dans les différents domaines et a montré que les étudiantes sont majoritaires dans les parcours scientifiques dans seulement deux autres pays : l’Italie, avec 53 %, et la Turquie, avec 50 %.

Comment l’expliquer ? Un élément d’explication est l’action de « Ciência Viva », le programme novateur d’activités scientifiques extrascolaires pour les élèves du primaire jusqu’à la fin du secondaire, créé il y a 23 ans par José Mariano Gago, alors ministre des Sciences. Ciência Viva est devenue un exemple - et un succès - au niveau international, offrant aux jeunes un contact précoce avec la recherche et la démarche scientifique.

Ana Noronha, directrice exécutive de Ciência Viva, qui a diversifié et élargi les projets et les actions au cours de ces 23 années d’existence, est convaincue qu’un facteur important pour la préférence des jeunes étudiantes portugaises pour les sciences est la visibilité des femmes scientifiques au Portugal.

Ciência Viva a activement promu cette visibilité, avec deux livres publiés et une exposition à leur sujet dans le Pavillon de la Connaissance. "Le Portugal est bien placé à ce niveau. Il y a beaucoup de femmes qui travaillent dans les domaines scientifiques, beaucoup d’entre elles dirigent des laboratoires et des projets, ce qui en fait un modèle pour les jeunes filles et les étudiantes ", dit Ana Noronha. "A travers leurs exemples, elles comprennent que c’est une profession qu’ells peuvent aussi choisir pour l’avenir".

Malgré cette statistique valorisante pour le Portugal, "il y a encore beaucoup à faire", dit Ana Noronha, car le panorama n’est pas aussi brillant en ingénierie et en technologie. "Il est clair qu’il y a beaucoup moins de femmes que d’hommes [dans ces domaines] et que nous devons progresser vers une plus grande égalité. Les technologies seront de plus en plus présentes dans tous les métiers, activités et domaines de la vie, et ceux qui n’auront pas acquis ces compétences auront moins d’opportunités".

Comme en science, où la visibilité d’exemples concrets a porté ses fruits, " il faut faire de même pour l’ingénierie, en donnant de la visibilité aux femmes qui travaillent dans la technologie et dirigent des projets, des entreprises dans ces domaines".

Source : Naves Filomena, « As portuguesas são campeãs a estudar ciências », Diario de Noticias [en ligne], 24 juillet 2019

https://www.dn.pt/1864/interior/as-portuguesas-sao-campeas-a-estudar-ciencias-11098440.html

Rédacteur : Etienne RAISON, Chargé de Coopération Scientifique et Universitaire à l’Institut Français du Portugal
etienne.raison[at]ifp-lisboa.com

PLAN DU SITE