Portrait d’exception : La physicienne polonaise Maria Stefaniak récompensée par le Chasman Award 2021

Partager
Pologne

Actualité
Pologne | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique
10 septembre 2021

Maria Stefaniak, physicienne polonaise de talent très liée à la France est récompensée par le Prix Chasman 2021 de la prestigieuse association Brookhaven Women in Science (BWIS) pour ses travaux sur les flux de particules et antiparticules.

Distinguée en physique des particules

Maria Stefaniak, brillante physicienne polonaise, décroche cette année le Chasman Award 2021, décerné par Brookhaven Women in Science (BWIS) qui promeut l’égalité des chances. Le prix Chasman récompense de 2 500 $ des scientifiques femmes qui repoussent les frontières de la connaissance en STEM : science, technologie, ingénierie et mathématiques. Ce prix rend hommage à la physicienne Renate Chasman (1932-1977) qui a grandement contribué au développement des accélérateurs de particules. Maria Stefaniak, quant à elle, s’intéresse aux différences entre les flux de particules et antiparticules.

Inspirée par son professeur Hanna Zbroszczyk dans ses études et dans sa vie, Maria devient à son tour un modèle de femme scientifique : “Le fait de remporter le prix Chasman me donne confiance en moi pour devenir l’une de ces femmes qui peuvent servir d’exemple aux prochaines générations”. Remporter une telle distinction à tout juste 29 ans représente un formidable accomplissement. Et Maria Stefaniak en a bien conscience : “Être nominée et remporter le prestigieux prix Chasman 2021 est l’un des points les plus importants pour ma carrière scientifique, ainsi que pour ma vie de femme adulte.”

Une belle revanche pour la jeune femme qui a été confrontée à des expériences désagréables et remarques inappropriées dans sa carrière. Elle raconte : “Au cours de plusieurs projets de recherche internationaux que j’ai menés à bien, il est devenu évident que les femmes ne sont souvent pas traitées avec le même niveau de respect que les hommes. […] En tant que jeune femme séduisante, j’ai souvent reçu des commentaires sur mon apparence plutôt que des retours sur mon travail scientifique. À mon avis, nous sommes les seules à pouvoir changer la façon dont le monde nous voit”, avant d’ajouter fièrement : “Notre responsabilité est d’être un exemple pour les filles : leur montrer que devenir physicienne nucléaire n’a rien d’extraordinaire pour une femme.”

Au labo ou sur l’eau !

Maria Stefaniak étudie les propriétés de la matière à forte interaction et sa transition entre l’état gazeux et le plasma quark-gluon (QGP), un état de la matière qui existe à des températures et des densités extrêmement élevées. Pour atteindre de telles conditions, Maria Stefaniak s’intéresse à la matière créée lors de collisions d’ions lourds ultra-relativistes réalisées dans l’expérience STAR du Brookhaven National Laboratory.

Elle étudie alors les interdépendances entre deux effets de flux : le flux elliptique v2 et le flux triangulaire v3. Ces flux permettent de comprendre la forme et la dynamique de la matière en expansion. Maria Stefaniak compare les différences croissantes entre les v3 des protons et antiprotons avec la diminution de l’énergie de collision. Pour conclure avec ses propres mots, Maria Stefaniak réalise divers tests expérimentaux des scénarios théoriques proposés pour expliquer les différences entre les flux de particules et antiparticules.

JPEG - 113.3 ko
Maria Stefaniak, lauréate du Chasman Award 2021

Si vous ne trouvez pas Maria Stefaniak dans son laboratoire, elle est sûrement en train de naviguer. Passionnée par le sport, il l’aide à trouver son équilibre en lui apportant concentration, engagement et routine saine. Elle aime passer les levers de soleil sur la Vistule à ramer. Maria Stefaniak remarque que ses compagnons de rame sont souvent surpris par sa profession mais précise qu’au lieu de trouver cela “anormal” ils admirent son travail pour la science et la société. Pour Maria, la science et le sport vont de pair car ils représentent des défis à relever. Elle confie d’ailleurs : “Je pense que le fait de faire de notre mieux dans le domaine scientifique, de rester en bonne santé, d’accepter nos émotions et nos sentiments fait de nous de bons exemples pour les filles, les encourage à choisir leur avenir de manière indépendante et à accepter les défis qui se présentent sur leur chemin.”

Des études doctorales franco-polonaises

S’ouvrir au monde est très important pour la jeune chercheuse, tant pour son développement professionnel que personnel : “Ce que j’aime dans mon travail, c’est l’intégration internationale. Je voyage beaucoup et je rencontre des gens fabuleux du monde entier. J’ai appris que le plus important est le respect des autres, que ce soit pendant le travail ou autour d’une bière après une conférence.”

Maria Stefaniak crée un lien fort avec la France en décrochant une Bourse du Gouvernement Français en 2017 pour réaliser une thèse en cotutelle en Pologne et en France. Elle réalise ses études doctorales dans le cadre d’un double diplôme entre l’Université de Technologie de Varsovie (WUT) et l’École d’ingénieur IMT Atlantique, dans le laboratoire de physique subatomique et des technologies associées Subatech à Nantes.

Elle repense à ses années en France avec enthousiasme : “J’ai passé quelques années à Nantes, travaillant à Subatech. Ce laboratoire est un endroit extraordinaire où vous pouvez trouver des scientifiques du monde entier, ce qui vous donne l’occasion unique de discuter avec les experts non seulement de sujets directement liés à votre travail, mais aussi d’autres sujets scientifiques passionnants.”

Propos recueillis et traduits par Elisa Pospieszny pour l’Ambassade de France en Pologne.

En savoir plus

  • Sur les bourses du gouvernement français

Campus France Polska, Bourses et possibilités de financement pour les étudiants et chercheurs

Campus France Polska, Bourses du Gouvernement Français - Doctorat

  • Sur les institutions intégrées par Maria Stefaniak

Subatech - IMT Atlantique
Université de Technologie de Varsovie
Détecteur STAR - Brookhaven National Laboratory

  • Sur Maria Stefaniak et son parcours

Brookhaven National Laboratory, “Stefaniak and Dunkin Win 2021 Chasman Award ; Virtual Ceremony and Talks 6/29”, le 3 juin 2021 par William Safer

Science in Poland, “Warsaw PhD student wins prestigious 2021 Chasman Award”, le 16 juin 2021

NAWA, “Warsaw PhD student wins prestigious 2021 Chasman Award”, le 18 juin 2021

Rédactrice :
Elisa Pospieszny, Chargée de Coopération Scientifique et Universitaire à l’Ambassade de France en Pologne
elisa.pospieszny[at]diplomatie.gouv.fr