Le graphène aux mille talents

Italie

Actualité
Italie | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
3 mai 2016

Une équipe de chercheurs internationaux, parmi lesquels des physiciens du CNR et du Politecnico de Milan, a montré la capacité des nanorubans de graphène, c’est-à-dire de bandes très fines de graphène, d’absorber et d’émettre de la lumière grâce à l’état quantique dit Biexciton.

Un résultat qui rend plus concret l’utilisation industrielle de ce matériau et ouvre la voie à la mise au point de laser à base de graphène, à de nouvelles technologies d’illumination et à des innovations dans le secteur photovoltaïque.
Ce travail a été mené par un groupe de chercheurs de deux instituts du Conseil National des Recherches, l’Institut Nanosciences (Nano-Cnr) et l’Institut de Photonique et Nanotechnologies (Ifn-Cnr) - en collaboration avec le Politecnico de Milan, l’Université de Modène et de Reggio-Emilia, et le Max Planck Institute de Mainz.
L’expérimentation a été possible grâce à un système avancé de spectroscopie qui a permis de photographier des phénomènes qui évoluent entre les fento et les pico-secondes, soit en moins d’un millier de milliardième de seconde.
Ils ont observé que des biexcitons se forment très rapidement et donnent lieu à des émissions structurées de lumière d’une grande efficacité.
Un résultat qui pourrait ouvrir la voie à l’utilisation de nanobandes de graphène comme matériau actif pour les lasers, photodétecteurs et dispositifs optiques.

Sources :
Studio sulla capacità dei nanonastri di grafene di assorbire ed emettere luce ; Nature Communications 7, Article number : 11010, DOI:10.1038/ncomms11010
http://www.nature.com/ncomms/2016/160317/ncomms11010/full/ncomms11010.html

Rédacteur : Marine Goburdhun, Institut Français Italia, marine.goburdhun[a]institutfrancais.it

PLAN DU SITE