Anticoagulants : une arme de plus contre les tumeurs

Partager
Italie

Actualité
Italie | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie
3 mai 2016

Une étude de l’Institut Européen d’Oncologie (IEO), soutenue par l’Association Italienne pour la Recherche sur le Cancer, récemment publiée dans Nature Comunications, a démontré qu’il existe un lien de cause à effet entre la coagulation et le développement des tumeurs. Cette découverte ouvre la voie à l’utilisation de médicaments anticoagulants dans la prévention des tumeurs.

“L’altération de la coagulation peut dans de nombreux cas mettre en évidence la présence de tumeurs dans les organes internes (intestins, pancréas, poumons), par un phénomène appelé syndrome de Trusseau” explique Maria Rescigno, directrice du programme d’immunothérapie de l’IEO, professeure à l’Université de de Milan, et coordinatrice de l’étude. Toutefois, l’étude ne permet pas de comprendre si l’augmentation de la coagulation est une cause ou un effet de la présence de la tumeur.
Les chercheurs ont observé sur des modèles animaux qui développent spontanément des tumeurs intestinales que l’utilisation d’anticoagulants peut prévenir la formation des tumeurs, et donc que la coagulation est un des facteurs à l’origine du processus de cancérogénèse.
L’étude a permis de démontrer que lors du développement d’une tumeur intestinale on observe l’activation de cellules du système immunitaire appelées polynucléaires neutrophiles, qui déclenchent le processus de coagulation qui, à son tour, les transforme en cellules favorisant la formation de tumeurs.
Ces résultats peuvent non seulement amener au développement d’une nouvelle approche thérapeutique, mais aussi à la possible utilisation de marqueurs de la coagulation et de l’activation des polynucléaires neutrophiles dans le diagnostic précoce des tumeurs associées aux phénomènes coagulatifs comme les tumeurs du pancréas et de l’intestin grêle.

Plus d’informations :
http://www.nature.com/ncomms/2016/160321/ncomms11037/full/ncomms11037.html

Sources :
http://www.galileonet.it/2016/04/anticoagulanti-unarma-piu-tumore/

Rédacteur : Marine Goburdhun, Institut Français Italia, marine.goburdhun[a]institutfrancais.it