Une nouvelle méthode de purification des gaz polluants

Partager
Irlande

Actualité
Irlande | Science de la matière : matériaux, physique, chimie, optique | Stockage de l’énergie
17 juin 2016

Des chercheurs de l’Université de Limerick, en collaboration avec des chercheurs américains et chinois, ont développé une nouvelle méthode de purification des gaz polluants qui s’avèrerait plus respectueuse de l’environnement et plus économique.

Des chercheurs de l’Université de Limerick, en collaboration avec des chercheurs américains et chinois, ont participé au développement d’une nouvelle méthode de purification des gaz polluants : un matériau qui agit comme une éponge et qui pourrait permettre la réduction d’émissions dangereuses pour l’environnement, ainsi qu’une réduction de la consommation globale d’énergie. Leur recherche a été publiée dans le journal Science.

Le professeur Michael Zaworotko, titulaire d’une Chaire Bernal en ingénierie de cristallographie et Dr Kai-Jie Chen, post-doctorant, ont trouvé que le SIFSIX-2-C-u-i, à la structure similaire à celle d’une passoire, pouvait agir comme une éponge et absorber l’acétylène – un gaz sans couleur fait de carbone et d’hydrogène extrêmement inflammable. On le retrouve notamment lors du processus de fabrication de l’éthylène qui est un gaz naturel à la fois régulateur de la croissance des plantes ou utile dans la manufacture de plastiques comme le polythène. Lors du processus de fabrication de ce gaz, les impuretés de l’acétylène doivent être nettoyées nécessitant de grandes quantités d’énergie pour les filtrer.

Si d’autres formes de purification ont été testées (notamment la séparation des molécules selon leur taille, structure ou propriété), il semblerait que cette approche soit plus respectueuse de l’environnement et plus économique et pourrait aussi fonctionner pour la purification d’autres substances comme le carbone et l’eau. A titre indicatif, selon les professeurs Zaworotko et Chen, si les procédés de purification utilisés aujourd’hui étaient remplacés par des technologies plus efficaces énergétiquement comme ces éponges, les Etats-Unis seuls pourraient économiser 100 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone et 4 millards de dollars de coûts énergétiques chaque année, selon l’équipe.

Sources :

Rédaction : Louise Aupetit – courriel : louise.aupetit[a]diplomatie.gouv.fr