La France, l’Irlande et les Etats-Unis ensemble pour résoudre l’énigme des épisodes éruptions de la Nébuleuse du Crabe

Partager
Irlande

Actualité
Irlande | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil
1er février 2016

Les chercheurs du Centre for Astronomy de la School of Physics de l’université de Galway sont les chercheurs principaux et auteurs d’une étude publiée début janviers dans le journal d’astronomie et d’astrophysique Monthly Notices of the Royal Astronomical Society (MNRAS).

Les chercheurs irlandais, français et étatsuniens ont travaillé à comprendre l’origine des épisodes inattendus d’activités qui venaient de la Nébuleuse du Crabe, rémanents d’une supernova. Les rémanents de supernova arrivent après l’explosion d’une étoile qui recrache ses ‘entrailles’ dans le ciel, créant ainsi une vague en expansion de gaz et de poussières connue comme un « rémanent de supernova ». La plus célèbre d’entre elle est la nébuleuse du crabe, qui a explosé en 1054. Elle a été étudiée de façon extensive ces cinquante dernières années, il a été découvert récemment que la nébuleuse du Crabe était à l’origine d’éruptions de rayons gamma et rayons X.

Illust: Nébuleuse du Crabe, 20.1 ko, 220x220
Nébuleuse du Crabe

Si l’origine de ces éruptions est encore inconnue aujourd’hui, le programme d’observations optiques mené par la NUI Galway cherchait à en comprendre la raison. Pour de nombreuses années, le flux de toute la Nébuleuse du Crabe était supposé être constant de telle façon que la Nébuleuse du Crabe a été qualifiée de bougie standard. Mais, depuis 2007, de fortes activités d’éruptions ont été détectées par les télescopes de rayonnement gamma Agile et Fermi, à un taux d’un par an. Les satellites Agil et Fermi ont mis en évidence des épisodes inattendus de cette nébuleuse sous forme de sursauts dont l’origine est loin d’être comprise. Les données optiques obtenues fin 2012 grâce au polarimètre GASP (développé par la NUI Galway) ont été confrontées aux observations X et gamma du télescope à bord du satellite Integral obtenues entre 2012 et 2014 par l’équipe du CEA de Saclay. L’analyse a permis de montrer, et ce pour la première fois, un changement de polarisation du complexe Nébuleuse du Crabe / pulsar par rapport aux mesures effectuées en optique et en gamma les années antérieures. Le changement dans la polarisation pourrait indiquer qu’une reconnexion magnétique est possiblement à l’œuvre dans la Nébuleuse du Crabe. Ces résultats montrent le potentiel de la méthode mise en œuvre et ouvrent des perspectives pour des travaux futurs, en vue de mieux caractériser la zone responsable de ce changement de polarisation notamment.

Cette recherche a notamment reçu des financements de l’ambassade de France en Irlande, via le programme de mobilité Ulysses (édition 2014).

Source :
“Galway Astronomers Solve The Mystery Of Flares From The Crab Nebula” – NUI Galway, 01/01/2016 : http://www.nuigalway.ie/about-us/news-and-events/news-archive/2016/january2016/galway-astronomers-solve-the-mystery-of-flares-from-the-crab-nebula.html
Rédactrice : Louise Aupetit - courriel : louise.aupetit[a]diplomatie.gouv.fr