L’Irlande se dote de son premier centre astronomique d’échelle mondiale

Partager
Irlande

Actualité
Irlande | Science de la terre, de l’univers et de l’environnement : énergie, transports, espace, environnement | Sciences de l’ingénieur : aéronautique, mécanique, électronique, génie civil | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
22 mars 2016

D’ici fin 2016, l’Irlande fera partie intégrante du réseau du télescope radio LOFAR, lui permettant ainsi de devenir une actrice clef dans le secteur de l’aérospatial.

D’ici fin 2016, l’Irlande fera partie du réseau du télescope radio Lofar grâce à la mise en place d’un ‘nœud actif’ au centre de Birr, dans le comté d’Offaly.
Le télescope Lofar (LowFrequencyArray) dispose déjà de 50 nœuds dans toute l’Europe – Pays-Bas (siège principal), Royaume-Uni, Allemagne, Suède, France, Pologne, notamment – mais une fois le nœud irlandais actif, ses performances seront améliorées de 30%.

En effet, si les télescopes radio fonctionnent globalement de la même manière que les télescopes optiques, ils reçoivent voient des ondes fréquence radio plutôt que de la lumière. L’œil humain ne peut distinguer ce qui est capté par un télescope radio mais les ondes captées par ce dernier sont analysées par un super-ordinateur et transformées en images d’objets que nous pouvons voir et étudier.
Comme pour tout signal radio, il faut une antenne radio pour le capter. A ce jour, le Lofar compte environ 100 000 antennes radio, réparties dans des terrains de la taille d’un terrain de football. Les plus à l’est sont situées à Lazy, en Pologne. Elles sont réparties le plus loin possible les unes des autres et, plus étendue est la ligne de base entre les points à l’est et les points à l’ouest, meilleure est la qualité de l’image captée par le télescope. Aussi, la présence du télescope en Irlande portera la distance maximale de la ligne de base à 1 900km.
Le satellite LOFAR est une opération internationale au budget de 200 millions €. Le consortium irlandais du LOFAR est dirigé par Peter Gallagher, professeur à Trinity College Dublin.
L’Etat a contribué à hauteur de 1,4 million d’euros, les universités et donations philanthropiques à hauteur de 500 000 euros.

Il s’agit ainsi pour l’Irlande, avec le projet LOFAR, d’obtenir son premier centre astronomique de niveau mondial, qui sera reconnu à l’international.

Le projet LOFAR fait de plus partie de la collaboration en recherche entre la France et l’Irlande. Trinity College Dublin entretient une collaboration soutenue avec le LESIA à l’Observatoire de Paris, via notamment un PHC Ulysses 2016,la mission ESA Solar Orbiter, le FP7 HELCATS et le projet H2020 FLARECAS. Un post-doctorant entre les deux établissements travaille sur le projet ELEVATE, via un financement Marie Curie, un projet pour mieux comprendre les origines coronales de particules énergétiques solaires.

Source :
“Lofar telescope is a ‘major step forward for Irish astronomy’” – The Irish Times, 11/02/2016 : http://www.irishtimes.com/news/science/lofar-telescope-is-a-major-step-forward-for-irish-astronomy-1.2522511

Pour en savoir + :
Sur le Programme Hubert Curien Ulysseshttps://ie.ambafrance.org/-Mobilite-croisee-PHC-Ulysses-
Sur le projet ELEVATE https://pnst.ias.u-psud.fr/colloque_2016/getabstract.php?abstract_id=53)

Rédactrice : Louise Aupetit – courriel : louise.aupetit[a]diplomatie.gouv.fr