Détecter plus tôt la septicémie grâce au “Big Data”

Partager
Espagne

Actualité
Espagne | Biologie : médecine, santé, pharmacie, biotechnologie | Sciences et technologies de l’information et de la communication : TIC, télécoms, micro-nanotechnologies, informatique | Big Data
12 décembre 2016

Des chercheurs de l’Institut d’Ingénierie de la Connaissance (IIC) et des hôpitaux utilisent actuellement des techniques « Big Data » pour créer des modèles prédictifs permettant de combattre la maladie, réduire les coûts et sauver des vies.

La septicémie, réaction inflammatoire de corps généralisée d’un organisme à une infection, figure parmi les principales causes de décès en Espagne. Son évolution est rapide. Son indice de mortalité est proportionnel à l’intensité de la réaction inflammatoire, le nombre d’organes affectés et le temps qu’il a fallu pour établir son diagnostic. Les spécialistes ont donc intérêt à détecter de manière précoce les cas de septicémie, en réduisant notamment le taux de faux positifs, qui de plus impliquerait une baisse des frais liés au traitement de la maladie.

A cet effet, l’Institut d’Ingénierie de la Connaissance (IIC), qui regroupe l’Université Autonome de Madrid et plusieurs acteurs privés, souhaite établir et utiliser des modèles prédictifs grâce au « Big Data ». Elle consiste à recueillir, stocker, encrypter, rendre anonyme et structurer les données issues d’analyse des patients, puis de tester des modèles mathématiques et des techniques d’apprentissage automatique afin d’améliorer la détection de la maladie.

Plusieurs cas de succès ont été observés en Espagne, et notamment dans les hôpitaux Son Llàtzer Dr. Peset de Palma de Mallorca et Valence, où une alerte informatique a été mis en place grâce à certains modèles développés.

Liens d’intérêts

Source

Rédacteur

Nicolas Urai - Nicolas.urai[a]diplomatie.gouv.fr