Pollution atmosphérique : Séoul va fermer 10 des 53 centrales thermoélectriques du pays

Partager
Corée du Sud

Actualité
Corée du Sud
8 juillet 2016

Le gouvernement a décidé de fermer 10 des 53 centrales que le pays compte, et ce à l’horizon 2025. Ces installations épinglées ont été construites il y a plus de 30 ans et sont vétustes. Les centrales thermoélectriques, notamment celles qui fonctionnent au charbon, sont connues comme faisant partie des premières sources de pollution atmosphérique.

Sur les 43 centrales qui resteront en service, 8 sont vieilles de plus de 20 ans. Plusieurs de ses équipements seront alors remplacés. Pour cela, le gouvernement débloquera 2 000 milliards de wons, soit 1,6 milliard d’euros. Pour les 35 autres, leur performance sera améliorée d’ici 2019, à l’aide d’un budget total de 240 milliards de wons (185 millions d’euros).

Cela ne s’arrête pas là. 20 centrales de même type, en cours de construction ou en projet seront elles aussi revues. L’une des mesures décidées est de réduire d’ici 2030 les substances polluantes de l’air dans 11 d’entre elles, dont les travaux sont achevés à plus de 90 %. Pour les neuf autres, leur plan sera modifié afin de les doter des installations nécessaires pour la réduction d’émissions polluantes.

En 2002, Séoul était classé 120 sur 122 pays pour la qualité de son air. Malgré les mesures prises par le gouvernement, la qualité de l’air reste mauvaise aujourd’hui.

Sources : KBI