La Wallonie investit 1,5 M€ dans une plateforme de production et d’analyse de protéines

Partager
Belgique

Actualité
Belgique | Politiques de recherche, technologiques et universitaires | Horizon 2020 : innovations et progrès techniques
10 juillet 2015

Fruit de la synergie des compétences de l’Université de Liège (ULg) et de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), la plateforme technologique Robotein, inscrite dans le pôle de compétitivité BioWin, est au service de la recherche et des entreprises innovantes dans le domaine de l’ingénierie du vivant (bio-pharma, agro-alimentaire…).

L’ULg et l’ULB ont inauguré le 28 mai 2015 Robotein, une nouvelle plateforme technologique de pointe, unique en Fédération Wallonie-Bruxelles, destinée au clonage, à l’expression, à la purification et à l’analyse des protéines. La plateforme a bénéficié d’un investissement de 1,5 million d’euros de la Wallonie afin de renforcer les équipements remarquables de deux centres d’excellence académiques de réputation internationale : le Centre d’Ingénierie des Protéines (CIP) à l’Université de Liège et le Laboratoire de Structure et Fonction des Membranes Biologiques (SFMB) à l’Université Libre de Bruxelles. Les entreprises sont parmi les premiers bénéficiaires de cet investissement, qui s’inscrit aussi dans le développement du pôle de compétitivité wallon BioWin.

Le consortium constitué par les deux laboratoires universitaires permet la constitution d’une plateforme technologique complètement automatisée et particulièrement performante pour la réalisation, la caractérisation à haut débit et le contrôle très rapide d’un grand nombre d’échantillons de protéines. Robotein s’adresse aux chercheurs mais aussi et surtout aux entreprises, en particulier bio-pharmaceutiques, dont les besoins concrets en analyse de molécules biologiques issues du vivant vont sans cesse croissants.

La mise en place de Robotein s’appuie sur les compétences largement reconnues des deux laboratoires partenaires. A l’ULg, le CIP est spécialisé de longue date dans la l’étude et la production des protéines. Il a déjà développé une plateforme de production et de purification de protéines, Protein Factory, complétée en 2010 par un robot de pipetage associé à deux spectromètres lecteurs de microplaques, un équipement acquis avec le GIGA-ULg dans le cadre des précédents fonds européens Feder. Par ailleurs, le CIP possède et maîtrise l’utilisation d’une large gamme d’outils analytiques propres à la caractérisation de la structure et de la fonction des protéines. A l’ULB, le laboratoire SFMB possède une expertise pointue et unique en Belgique dans le suivi de la qualité de protéines par spectrométrie Infrarouge.

Les crédits wallons récemment octroyés, à hauteur de 1,5 million d’euros, ont permis d’acquérir des équipements de pointe complémentaires et de proposer ainsi une offre complète et intégrée de services accessibles à la recherche et aux entreprises. Le dispositif du CIP est augmenté d’un repiqueur de colonies pour optimiser l’expression des protéines et de deux systèmes d’analyse pour une caractérisation rapide des protéines produites. Le SFMB est, pour sa part, doté d’un appareillage d’imagerie de chips de protéines pour l’analyse à haut débit par Infrarouge des structures protéiques.

L’objectif de Robotein est double : permettre des recherches innovantes et aider les industriels à définir leurs stratégies de conception et de production des biomédicaments et d’enzymes.

Les protéines interviennent dans un grand nombre de processus biologiques et sont abondamment utilisées tant dans les domaines de la santé et de l’alimentation que dans celui des nanotechnologies et des énergies renouvelables. Aujourd’hui, nombre de nouveaux biomédicaments ont pour origine des protéines recombinantes, ce qui traduit la volonté de privilégier des technologies plus propres pour l’environnement. Le recours à des molécules issues du vivant permet de répondre aux besoins urgents d’étoffer la gamme des antibiotiques. Mais de nouvelles générations de médicaments, dans la sphère des anticorps monoclonaux ou des vaccins par exemple, proviennent aussi de l’ingénierie du vivant. Les enjeux médicaux et économiques des biothérapies sont considérables.

Plusieurs entreprises en Wallonie vont pouvoir bénéficier des services de la plateforme Robotein, parmi lesquelles les bio-pharma Eurogentec, GSK, UCB,… Dans le secteur agro-alimentaire, des entreprises belges comme Puratos, Damhert Nutrition ou Rousselot sont également concernées. En outre, Robotein s’inscrit dans les axes stratégiques du pôle de compétitivité wallon BioWin en offrant une structure technologique d’appui pour la R/D de biomarqueurs et de biomédicaments.

Source :
http://www.ulg.ac.be/cms/c_6009443/fr/la-wallonie-investit-dans-une-plateforme-pour-la-production-et-lanalyse-des-proteines?hlText=La+Wallonie+investit+dans+une+plateforme+pour+la+production+et+l%E2%80%99analyse+des+prot%C3%A9ines&hlMode=exact

Rédacteurs :
Didier Moreau et Marie Liégeois, Service de presse de l’Université de Liège, press[a]ulg.ac.be
Relayé par Joachim Huet, Attaché de coopération scientifique et universitaire (joachim.huet[at]diplomatie.gouv.fr), et Victorine Hugot, Chargée de mission (victorine.hugot[at]diplomatie.gouv.fr).