Promouvoir et soutenir l’innovation française

Partager

L’innovation constitue l’un des avantages comparatifs majeurs de la France sur la scène économique internationale.

[(Chiffres-clés

Selon le baromètre EY consacré à l’attractivité, la France est devenue la première destination européenne pour les investissements étrangers en 2020, en hausse de 17 % en un an : 1 197 projets ont été recensés en France, devant le Royaume-Uni (1 109) et l’Allemagne (971).
La France conserve également la première place pour les projets de production et de R&D. Interrogés en février 2020, les dirigeants internationaux sont 32 % à juger une amélioration l’attractivité de la France, et 50 % à estimer une stabilité.

Selon EY, 65 % des investissements recensés en 2019 seraient maintenus malgré les conditions actuelles, un niveau similaire parmi les principaux pays européens.]

En 2017, le gouvernement s’est fixé comme objectif de faire de la France une « startup Nation » et a annoncé dans ce cadre la création d’un fonds de 10 milliards d’euros pour financer l’innovation de rupture. Ce fonds, alimenté par des cessions d’actifs publics, s’ajoute au grand plan d’investissement de 57 milliards sur cinq ans visant à favoriser la transition écologique, la transformation numérique et renforcer la formation et la compétitivité des entreprises.

Les programmes d’aide à l’internationalisation des jeunes pousses françaises, ou d’attraction d’entreprises étrangères dans l’écosystème de l’innovation français, concourent à la réalisation de ces objectifs. Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères développe ainsi, avec le soutien de son réseau, des programmes à destination des entreprises innovantes et plus généralement de l’ensemble des acteurs de l’innovation (pôle de compétitivité, clusters, SATT, incubateurs, accélérateurs …).

Les programmes du Ministère destinés aux entreprises innovantes

Depuis 2005, de nombreux programmes ont été développés par le réseau diplomatique, en relation étroite avec les opérateurs Bpifrance et Business France, à destination des entreprises innovantes (startup et Petites et Moyennes Entreprises de croissance) françaises et étrangères :

  • NETVA (« New Technology Venture Accelerator ») est un programme de préparation au développement et à l’implantation des jeunes entreprises innovantes françaises aux États-Unis. Lancé en 2010, il est ciblé sur trois axes : la formation, la mise en relation et l’accompagnement. Il apporte une réponse adaptée au défi de l’accélération technologique et économique des startups et PME françaises sur les marchés américains.
  • YEI (« Young Entrepreneurs Initiative »), lancé en 2005 à Boston, est un programme d’immersion dans l’écosystème français, destiné aux startups étrangères. L’édition 2020 comptera des start-ups provenant de 10 pays ou régions : l’Allemagne, l’Afrique du Sud, le Canada, les États-Unis, la Finlande, l’Italie, la Norvège, Singapour, la Suède et Taïwan. ce programme permet aux jeunes pousses sélectionnées de se former à l’environnement juridique et administratif français et de rentrer en contact avec les acteurs de l’innovation de notre écosystème. Outre sa visée de création d’emplois, ce programme cherche à enrichir notre écosystème de l’innovation en favorisant le dialogue des entreprises françaises avec des jeunes entrepreneurs et chercheurs étrangers, tout en mettant en valeur les mesures françaises et européennes d’appui à l’innovation.
  •  

Renforcer l’attractivité de l’écosystème français à travers l’initiative « French Tech »

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères est partenaire fondateur de la « French Tech ». Lancée en 2013, cette initiative interministérielle a visé dans un premier temps à renforcer la dynamique et la structuration de l’écosystème start-up français, à intensifier son rayonnement international et à attirer davantage de talents, entrepreneurs et investisseurs étrangers. L’année 2018 a marqué un tournant pour la French Tech dont la stratégie est désormais de concentrer son soutien aux start-ups en hypercroissance, c’est-à-dire celles qui présentent le plus de potentiel pour devenir des leaders technologiques mondiaux.

Le Ministère est particulièrement mobilisé sur le volet international de la « French Tech ».

Suite aux appels à candidature lancés successivement en 2018 et 2019, 56 « communautés French Tech » à l’international ont été labellisées, pour une durée de trois ans. Ces communautés constituent des écosystèmes de startups françaises ou francophiles implantés dans des métropoles étrangères qui ont vocation à constituer des passerelles entre les écosystèmes français et étrangers, facilitant la pénétration de marchés pour nos entreprises innovantes et valorisant l’attractivité économique du territoire national.

Le « French Tech Visa ». La France a mis en place l’un des visas « tech » les plus accessibles du monde. Annoncé par le président de la République lors de l’événement VivaTech, le « French Tech Visa » a été mis en place en juin 2017 pour favoriser l’attraction des talents étrangers en France. Le French Tech Visa est une procédure simplifiée, dédiée aux acteurs de l’écosystème, permettant l’obtention d’un titre de séjour pluriannuel le « Passeport Talent » pour 3 catégories de talents de la Tech :

  • le « French Tech Visa » mention « porteur d’un projet économique innovant » (ou « French Tech Visa for Founders »), à destination des fondateurs de start-up internationaux, sélectionnés par les incubateurs et accélérateurs partenaires ;
  • le French Tech Visa mention « employés » (ou « French Tech Visa for Employees ») à destination des talents internationaux recrutés par des entreprises basées en France et reconnues innovantes par le Ministère de l’Economie et des Finances ;
  • le « French Tech Visa » mention « Investisseurs », à destination des investisseurs internationaux qui s’installent en France (seuil d’investissement minimal de 300.000€).

A l’occasion du Sommet Choose France qui s’est tenu le 20 janvier 2020, un nouvel élargissement du dispositif French Tech Visa a été annoncé..

Mise à jour : octobre 2020