Focus sur l’accord de partenariat économique UE – Japon

L’accord de partenariat économique entre l’Union européenne et le Japon a été signé le 17 juillet 2018. Dans un contexte de tensions commerciales, cet accord constitue un signal important en faveur d’un commerce international ouvert, fondé sur des standards exigeants, et mutuellement bénéfique.

Cet accord ouvre d’importantes perspectives économiques, en créant une zone de près de 600 millions d’habitants, représentant près de 30% du PIB mondial.

Cet accord bénéficiera en particulier aux agriculteurs et aux exportateurs français : le Japon est le 6ème partenaire commercial de la France hors Union européenne et 8 000 entreprises françaises y exportent déjà pour plus de 6 Mds €, dont de nombreuses entreprises primo-exportatrices. Le marché japonais présente un potentiel important pour les produits français, compte tenu de sa taille et du haut niveau d’exigence de ses consommateurs.

Ce que l’accord permettra

Grâce à un meilleur accès au marché japonais, cet accord offrira de nouvelles opportunités d’exportation pour les producteurs européens et français, notamment pour le bœuf, le porc, le fromage, les produits transformés, les vins et spiritueux.

Grâce aux dispositions sur les indications géographiques, cet accord assurera la protection de nombreuses productions françaises, comme le champagne ou le roquefort.

L’accord permettra également une plus grande réciprocité dans l’accès aux marchés publics, ce qui ouvrira des perspectives pour de nombreuses entreprises européennes, en particulier dans le domaine ferroviaire.

Un accord fondé sur des standards sociaux et environnementaux élevés

Cet accord inclut les grands principes européens sur le droit à réguler, et des standards élevés en matière de protection de l’environnement et de travail.

Il comporte des engagements à respecter les accords multilatéraux et à ratifier les conventions de l’Organisation internationale du travail.

L’accord promeut clairement l’action pour le climat et intègre des mesures en matière de lutte contre le changement climatique. Il engage les deux parties à mettre en œuvre l’Accord de Paris.

Prochaines échéances

Cet accord a été approuvé par le Conseil, qui représente les États membres, et a été signé le 17 juillet. Il devra encore être approuvé par le Parlement européen ainsi que par le parlement japonais, avant de pouvoir entrer en vigueur.

Dossier complet sur le site de la Commission européenne

PLAN DU SITE