La démarche RSE de l’Agence française du Développement et de Proparco

En 2014, l’Agence française de développement, a adopté une nouvelle stratégie 2014-2016 de Responsabilité Sociétale. Cette politique de RSO vise à renforcer la dimension développement durable des projets, évaluer leur impact et réduire leurs effets négatifs ainsi qu’à intégrer les standards internationaux dans les activités de l’AFD. Il s’agit également d’améliorer le dialogue avec les parties prenantes, la gestion des controverses et la transparence de l’entreprise dans le respect de son cadre légal et bancaire. Le groupe AFD a par ailleurs intégré des critères RSE dans ses appels d’offre.

Le climat, nouveau pilier de l’action de l’AFD

Le financement de projets ayant un cobénéfice « climat »

La stratégie 2014-2016 de l’AFD place également la lutte contre le changement climatique au cœur du dispositif d’actions de l’agence, en établissant un objectif de financement annuel de 50% de projets ayant un co-bénéfice « climat ». L’Agence a ainsi investi 2,865 milliards d’euros dans le financement de la lutte contre le changement climatique pour la seule année 2014 et au total, le groupe AFD (avec Proparco) a engagé près de 18 milliards d’euros depuis 2005 dans de tels projets.

Les « obligations vertes » comme moyen de financement des projets à vocation environnementale

La croissance exponentielle de ce marché - ayant enregistré un triplement de sa valeur consécutivement en 2012, 2013 et 2014 et atteint une valeur de 37 milliards de dollars, présente ainsi une opportunité pour réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) dont les besoins de financement sont estimés à 1000 milliards de dollars d’ici 2035 par l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

L’AFD, dans le cadre du financement de ses projets de développement au co-bénéfice « climat », a ainsi émis en septembre 2014 1 milliard d’euros d’obligations climat pour développer des projets d’efficacité énergétique, de transports, d’énergies renouvelables ou de séquestration de CO2. Les obligations de l’AFD, notées « AA » et « AA+ » par les agences de de notation Standard Poor’s et Fitch ont été vendues avec un coupon d’environ 1.5% à des investisseurs privés. Il s’agit là d’un moyen de financement efficace permettant à l’AFD d’élargir encore la part de ses projets au co-bénéfice climat dans ses activités.

Le mécanisme de gestion des plaintes environnementales et sociales

A l’instar de plusieurs organes de financement du développement international, l’AFD a mis en place en juin 2017 son mécanisme de gestion des plaintes environnementales et sociales.

Ce dernier permet à toute personne ou groupe de personnes affectés d’un point de vue environnemental et/ou social par un projet financé par l’AFD de déposer une réclamation. Celle-ci doit concerner les projets réalisés dans les États étrangers, hors projets ONG. Ce mécanisme constitue une voie de dernier recours, l’auteur devant épuiser l’ensemble des voies de recours internes avant de saisir l’AFD d’une demande et ce, dans les deux années qui suivent le dernier décaissement du projet. Ce mécanisme renforce la transparence et la redevabilité de l’agence envers les citoyens en s’alignant sur les pratiques des meilleurs bailleurs de fond en la matière.

Un site internet est mis à disposition des plaignants pour toutes informations. La demande peut être envoyée par le biais de l’adresse mail (reclamation chez afd.fr), par courrier ou en mains propres.

Pour en savoir plus :

Mise à jour : 12.10.2017

PLAN DU SITE