L’Agenda international du développement

Agenda 2030 du développement durable : où en est la France ? (juillet 2019)

L’Agenda 2030 et les objectifs de développement durable, qu’est-ce que c’est ?

Adopté le 25 septembre 2015 par les chefs d’État et de Gouvernement réunis lors du Sommet spécial sur le développement durable, l’Agenda 2030 fixe 17 objectifs de développement durable (ODD) déclinés en 169 cibles pour répondre aux défis communs en se fondant sur les 3 dimensions du développement durable - environnementale, sociale et économique.

L’Agenda 2030 et les ODD qui en découlent présentent une conception profondément novatrice du développement durable :

  • Ils associent à la lutte contre l’extrême pauvreté et à la réduction des inégalités la préservation de la planète face aux dérèglements climatiques ;
  • Ils transcendent les enjeux de développement durable de l’ensemble des pays de la planète dans une démarche globale et universelle ;
  • Ils sont le fruit d’une consultation inédite des acteurs de la société civile, du secteur privé, des collectivités locales, du monde de la recherche, etc.

Les cinq piliers du développement durable

L’AGENDA 2030 PERMET D’ARTICULER L’ACTION AUTOUR DES 5 PILIERS : PLANÈTE, POPULATION, PROSPÉRITÉ, PAIX ET PARTENARIATS.
Pilier Planète

Protéger la planète est indispensable pour répondre aux besoins des générations actuelles et futures. Il s’agit ainsi de préserver la qualité de l’air, l’accès durable à la nourriture et à l’eau, une biodiversité riche et pleine de ressources. Limiter le dérèglement climatique est nécessaire pour réaliser ces objectifs et protéger les citoyens des catastrophes climatiques.

Pilier Population

Un développement durable des États repose sur le respect des principes d’égalité et de dignité des personnes. Lutter contre la pauvreté, assurer à tous un accès au soin et à la nourriture, garantir une éducation de qualité et l’égalité entre les sexes sont les prérequis nécessaires à une société égalitaire et durable.

Pilier Prospérité

Le développement des États doit établir une prospérité économique inclusive et respectueuse de l’environnement. Afin d’assurer la paix et la prospérité, il convient de mettre au service de tous la science, les technologies et l’innovation pour un développement à dimension humaine.

Pilier Paix

Réduire les conflits, construire la paix et la consolider est indispensable pour l’établissement de sociétés prospères et durables, car il ne peut y avoir de développement sans sécurité ni de sécurité sans développement.

Pilier Partenariats

La réalisation des ODD nécessite un nouveau système de partenariat et de solidarité mondiale. Des partenariats inclusifs construits sur une vision commune et des objectifs communs qui placent les peuples et la planète au centre, sont nécessaires au niveau mondial, régional, national et local. Ces solidarités doivent prendre place entre les nations, mais aussi avec la société civile, les ONG et le secteur privé.

Quel suivi mondial de la mise en œuvre des ODD ?

A l’échelle internationale, le Forum politique de haut niveau (FPHN) occupe la place centrale du suivi de la mise en œuvre des ODD en offrant chaque année une plateforme de discussion à l’ensemble des acteurs, institutionnels ou non, du développement durable.

En 2018, le Forum Politique de Haut Niveau s’est tenu dans une ambiance constructive et chargée d’attentes, avec près de 2500 représentants de la société civile, 600 du secteur privé, 180 événements-parallèles et 43 pays présentant une revue nationale volontaire de leur mise en œuvre des ODD.

En 2019, pour la première fois, le FPHN se déclinera en deux sessions : une première sous les auspices de l’ECOSOC en juillet ; et une deuxième sous la forme d’un Sommet ODD au niveau chef d’États et de gouvernement en septembre, sous l’égide de l’AGNU. Ce Sommet ODD (24 – 25 septembre) s’inscrira dans une séquence plus large pour le développement durable : il sera précédé d’un Sommet pour l’action climatique (23 septembre) et suivi d’un Sommet sur le financement du développement durable (26 septembre).

Comment la France se mobilise-t-elle pour l’atteinte des ODD ?

La mise en œuvre des 17 ODD en France est coordonnée par le Délégué interministériel au développement durable (DIDD), mandaté par le Premier ministre, en étroit partenariat avec le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) pour la dimension internationale. Il anime un réseau de Hauts fonctionnaires au développement durable (HFDD) qui relaient dans les ministères tous les enjeux du développement durable.

Le CICID du 8 février 2018 a décidé d’élaborer une « Feuille de route de mise en œuvre des ODD par la France », en cours de rédaction, en concertation avec l’ensemble des acteurs non-étatiques. Son élaboration est portée par un comité de pilotage à haut niveau, co-présidé par les secrétaires d’Etat Brune Poirson et Jean-Baptiste Lemoyne, chargé de veiller à la mobilisation de l’ensemble des ministères et des acteurs non-étatiques. Il regroupe une cinquantaine de membres, dont des personnalités de haut niveau siégeant au sein du Conseil national du développement et de la solidarité internationale.

Au niveau national, l’INSEE est impliqué dans la production et la coordination des données avec les services statistiques des différentes administrations. Les données sur les indicateurs ont été publiées en mars 2018 et sont disponibles sur le site de l’INSEE.

Se donner les moyens d’agir pour l’atteinte des ODD sur le plan international

L’aide publique au développement est l’une des réponses pour lutter contre l’extrême pauvreté, réduire les inégalités, protéger le climat et les écosystèmes. La France concentre son effort de solidarité, en subventions et dons, dans un nombre limité de pays prioritaires appartenant à la catégorie des PMA, en particulier en Afrique subsaharienne. Ces pays concentrent d’importants besoins de financement nécessaires à la réalisation des Objectifs de développement durable, alors que leur capacité à financer les investissements dans les infrastructures de base est beaucoup plus limitée que celle des autres pays en développement. Dans les pays à revenu intermédiaire, la France s’appuie largement sur l’instrument des prêts, dont elle se sert pour mobiliser d’autres apports financiers.

Elle a développé une gamme d’instruments très étendue pour accompagner les transitions sociale, territoriale, numérique, citoyenne, et énergétique des pays en développement, essentielles pour la réalisation des ODD, ainsi que des partenariats avec des acteurs non souverains, en particulier le secteur privé, les collectivités locales et les sociétés civiles.

Les engagements financiers de la France en matière de développement ont été précisés par les Comités interministériels de la coopération internationale et du développement (CICID) du 30 novembre 2016 et du 8 février 2018.

Sensibiliser tous les citoyens

Considérant que l’implication de la société civile, du secteur privé et des citoyens est indispensable au succès de mise en œuvre des ODD, la France œuvre pour des modes de décision et d’action toujours plus inclusifs. Le Conseil national du développement et de la solidarité internationale (CNDSI) et le Conseil national de la transition écologique (CNTE) sont les deux enceintes de concertation privilégiées pour la mise en œuvre des ODD.

L’éducation et l’innovation au service du développement durable

Le nouveau cadre établi par l’Agenda 2030 et par les ODD est une occasion unique pour tous les citoyens de participer à l’établissement d’un monde durable. Pour relever les défis environnementaux actuels, les solutions politiques ou financières ne sont pas suffisantes. La réalisation des ODD nécessite une modification de nos modes de vie, de production et de consommation. C’est pourquoi l’éducation au Développement durable à tous les niveaux et l’innovation sont au cœur des politiques de développement.

mise à jour : juillet 2019

PLAN DU SITE