Autres acteurs de l’aide française au développement

Aux côtés des institutions publiques nationales, de nombreux acteurs français travaillent dans le domaine de la coopération au développement. Leur rôle en matière de relations internationales, d’aide au développement et de traitement des enjeux globaux est allé croissant ces dernières années. Ces acteurs partageant la même volonté de lutter contre la pauvreté, les inégalités et l’exclusion et de contribuer à la maîtrise de la mondialisation en vue de préserver les droits économiques, sociaux et culturels des personnes.

Le secteur privé

Dans une logique de Responsabilité sociale des entreprises (RSE), les sociétés privées intègrent de plus en plus les enjeux du développement international à leur propre développement.

Il existe par ailleurs une grande diversité de formes de partenariats entre le secteur privé et les acteurs traditionnels de l’aide (État, ONG, collectivités) qui varient selon les domaines, les besoins et les circonstances : soutien financier, apport en nature (vivres, transport, logistique, équipements, fournitures, médicaments, etc.).

Les acteurs du secteur privé interviennent également dans le champ de l’humanitaire, à la suite de catastrophes naturelles, dans les zones de conflits, etc. Ils interviennent le plus souvent de manière concertée avec les institutions, agences et organisations de la société civile locales et internationales.

Les centres de recherche

Les centres de recherche sont des structures spécifiques qui tendent à produire du savoir indépendamment du monde politique mais dont les travaux sont utiles à ce dernier afin d’améliorer et de moderniser les dispositifs institutionnel comme opérationnel : les universités et les centres de réflexion (qui ont un statut associatif) jouent ainsi un rôle croissant d’instruction, dans les buts d’alimenter le débat et de participer au dialogue entre acteurs de la politique d’aide au développement.

Mise à jour : juillet 2019

PLAN DU SITE