La France et le renforcement des capacités commerciales des pays en développement (15 octobre 2020)

Partager

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance et l’Agence française de développement (AFD) ont signé mardi 6 octobre la convention tripartite (DGM-DGT-AFD) de la 6e édition du programme de renforcement des capacités commerciales.

Le Programme de renforcement des capacités commerciales (PRCC) est le principal outil d’aide bilatérale de la France pour l’aide au commerce. Mis en œuvre par l’AFD, c’est un instrument important de la politique d’aide au développement française et permet de contribuer au positionnement stratégique de la France dans les pays bénéficiaires en cohérence avec les objectifs de la diplomatie économique.

Par la mise aux normes internationales, la protection intellectuelle, les indications géographiques et le développement des filières, le PRCC est un instrument favorisant une croissance inclusive et durable. Il s’inscrit également dans le cadre de la volonté du président de la République de relancer la relation entre la France et l’Afrique, en accordant une attention particulière au développement du secteur privé ainsi qu’à la jeunesse africaines et aux femmes entrepreneuses.

Depuis son lancement en 2003, le PRCC a mis en place près de 100 projets qui contribuent au renforcement des capacités commerciales des pays en voie de développement, en particulier des PMA, et vise à promouvoir leurs échanges et leur intégration dans le système commercial mondial, dans la ligne des principes définis par l’OMC. Il est aujourd’hui renouvelé pour la 6e fois pour la période 2020-2022. La Direction générale du Trésor et la Direction générale de la mondialisation y contribuent chacune pour moitié (30 M EUR au total). À noter également dans ce triennium, des interventions du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) qui apportera son expérience de la certification des produits agricoles et de la gestion des règles phytosanitaires.