L’économie sociale et solidaire

En 2016, à la demande de l’ancienne secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, le MEAE s’est doté d’une stratégie de promotion des modèles de l’économie sociale et inclusive à l’international, appelée « Innover Ensemble ».

Pour mener à bien ce travail, le MEAE a bénéficié de l’expertise de 70 professionnels du secteur : entreprises, ONG, associations, agences de conseil, acteurs de l’économie sociale et solidaire, acteurs institutionnels du développement… ainsi que de l’expertise des équipes de l’Agence française de développement (AFD) et la direction générale du Trésor.

La stratégie « Innover Ensemble » est composée de trois parties :

Présentation du cadre, des modèles issus de l’économie sociale et inclusive

Les modèles qui proviennent du secteur de l’économie sociale, tels que les entreprises sociales, les coopératives, mutuelles… et ceux que l’on retrouve dans la définition française de « économie sociale et solidaire » (promulguée en juillet 2014), ainsi que de l’économie inclusive, dont la spécificité est de prendre en compte l’intérêt des acteurs situés en bas de la pyramide (BOP) au sein des chaines de valeur des grands groupes, présentent de nombreuses opportunités d’innovation.

Un nombre croissant d’acteurs s’intéresse ainsi aux possibilités qu’offre l’économie sociale et inclusive. C’est le cas de certaines entreprises qui souhaitent aller « au-delà de la RSE » (responsabilité sociale des entreprises) et avoir un impact positif concret sur leur écosystème. Ou encore des fondations qui, à travers la « philanthropie de risque », investissent dans des entreprises sociales. Des acteurs financiers non-étatiques utilisent également les outils classiques du secteur bancaire - ou assurantiel - pour agir en faveur de l’entreprenariat social. Ces modèles ont aussi suscité l’intérêt des acteurs de la société civile. On observe en effet, au sein du secteur associatif, de plus en plus de structures qui recherchent un modèle leur permettant de s’affranchir des subventions et de réaliser un changement d’échelle pour optimiser leurs impacts.

De plus, de nombreux pays s’intéressent aux innovations sociales générées par ces modèles. Des cadres réglementaires adaptés ont parfois été mis en place afin de favoriser l’émergence de nouveaux outils financiers pour répondre à de réels enjeux sociétaux.

Cette dynamique a abouti à la création d’un nouvel écosystème qui se caractérise par une volonté de donner plus d’impact positif et de durabilité aux acteurs qui le composent.

Pour une économie sociale et inclusive au sein des politiques du développement

En 2015, l’Agenda 2030 du développement durable et le Plan d’action d’Addis-Abeba marquent un changement de paradigme en reconnaissant l’importance de tous les acteurs – publics comme privés – ainsi que l’interconnexion des enjeux de développement durable. La contribution des modèles et acteurs de l’économie sociale et inclusive au développement durable est de ce fait reconnue.

De plus, en plaçant l’intérêt commun au cœur de leurs stratégies et en étant portés par une pluralité d’acteurs, les modèles de l’économie sociale et inclusive correspondent parfaitement à l’orientation universelle, transversale et multi-acteurs du nouvel agenda du développement. Les opportunités d’innovation présentées par ces modèles participent également à la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable.

La France s’est saisie de ce sujet avec la loi sur l’ESS et la loi d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale, toute deux promulguées en 2014. Ces textes législatifs sont venus inciter la création d’un cadre français pour la promotion et la mise en œuvre des modèles issus de l’économie sociale et inclusive au sein des politiques de développement. On assiste en effet sur la scène internationale, à l’émergence d’une « diplomatie de l’économie sociale et inclusive ». Dans cette diplomatie très concurrentielle, la France présente de nombreux atouts tels qu’un savoir-faire reconnu et une diversité d’acteurs (ESS, entreprenariat social, associatif etc.) investis dans le secteur.

16 propositions d’action pour promouvoir les nouveaux modèles de l’économie sociale et inclusive à l’international

La stratégie ministérielle « Innover Ensemble » a pour objectif de promouvoir et mettre en avant la participation de ces nouveaux modèles issus de l’économie sociale et inclusive dans la politique de développement de la France. Elle propose donc différents moyens pour valoriser ces modèles afin d’en faire de nouveaux leviers d’action qui participent à la mise en œuvre des politiques de développement.

Ainsi, seize propositions concrètes sur la gouvernance, la finance, la communication et la formation/recherche, ont été élaborées par le comité de rédaction de la stratégie « Innover Ensemble » pour lever les freins à l’essor de ces modèles. Ces propositions sont à retrouver dans le document de la stratégie.

Pour en savoir plus :

Mise à jour : juillet 2019