Armes chimiques - Q&R - Extrait du point de presse (03.04.18)

Q – Le 31 mars la Russie a officiellement transmis à France une liste de questions concernant l’affaire Skripal demandant des précisions sur la participation française dans l’investigation de cette affaire au Royaume Uni. Quelles réponses la France compte-t-elle apporter à cette lettre de la part de la diplomatie russe ?

R - Seule l’OIAC a été saisie d’une demande d’ assistance au titre de l’article VIII de la convention sur l’Interdiction des armes chimiques afin de vérifier les résultats de l’enquête menée par le Royaume-Uni.

Nous demandons instamment à la Fédération de Russie de répondre aux questions quei lui ont été adressées par le Royaume-Uni le 12 mars 2018 et qui sont restées sans réponse depuis cette date malgré la gravité de l’affaire Skripal.

Le Royaume-Uni a étroitement informé la France de son enquête technique. La France partage le constat du Royaume-Uni qu’il n’y a pas d’autres explications plausibles qu’une responsabilité de la Russie et exprime de nouveau sa solidarité à l’égard de son allié.

PLAN DU SITE