L’action de la France dans les négociations climatiques

Partager

La lutte contre le changement climatique est une priorité majeure de la politique étrangère de la France, qui participe à l’ensemble des discussions multilatérales sur ce sujet.

La Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) - plus connue sous le nom de COP- est le principal cadre multilatéral de discussion sur le climat. A l’occasion des négociations, la France est représentée par une délégation composée d’experts de plusieurs ministères et agences, dont le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, ainsi que par la délégation de l’Union européenne. C’est cette dernière qui négocie pour l’ensemble de ses Etats membres de l’UE, avec une équipe composée d’experts de la Commission européenne et des ministères nationaux, y compris français.

Au-delà de son action dans les négociations multilatérales, la France agit également pour le climat au plan bilatéral. Ce sujet est abordé de manière systématique notamment à l’occasion des rencontres entre le Président de la République et ses homologues. De plus, à travers son aide bilatérale, la France accompagne les pays en développement, notamment les plus vulnérables, à lutter contre le changement climatique et à s’adapter face à ses effets.

Depuis la COP21, la mise en œuvre de l’accord de Paris constitue une priorité diplomatique pour la France et l’Union européenne qui sont pleinement mobilisées.
Dans ce contexte, les priorités de la France sont :
  • Encourager la mise en œuvre des engagements nationaux et le relèvement de l’ambition climatique dans tous les domaines. L’objectif est que les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre deviennent compatibles avec les objectifs de l’accord de Paris (qui visent à contenir la hausse des températures sous 1,5-2°C) ;
  • Valoriser l’exemplarité de l’action de la France et de l’Union européenne, notamment l’atteinte de la neutralité climatique de nos économies d’ici 2050. Cela passe par un effort accru d’ici 2030 de réduction des émissions de gaz à effet de serre ;
  • Soutenir la science du climat et le travail du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pour éclairer les choix collectifs ;
  • Travailler pour une accélération de la mobilisation des flux financiers, publics et privés, et leur orientation vers des projets qui nous aideront à atteindre les objectifs de l’accord de Paris ;
  • Aider les pays en développement les plus vulnérables à lutter contre le changement climatique, notamment à travers l’action de l’Agence française de développement et le Fonds vert pour le Climat ;
  • Œuvrer avec la société civile, les entreprises et les villes pour une mise en œuvre ambitieuse de l’accord de Paris à travers des initiatives concrètes.

Mise à jour : avril 2020