Journée mondiale de l’eau - Gérer durablement les ressources en eau : un facteur de résilience face au changement climatique et aux défis sanitaires (22.03.20)

Partager

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, placée sous le signe de "l’eau et du changement climatique", et alors que la pandémie de COVID-19 rappelle combien les gestes d’hygiène sont vitaux, la France réaffirme sa détermination en faveur de l’accès universel à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement, et la gestion durable des ressources (ODD6).

Jawaad, neuf ans, qui boit l’eau de la pompe du puits dans la province de Balkh en Afghanistan (2015). © Abbas Farzami / Rumi Consultancy / Banque mondiale

Alors que le monde fait face à la pandémie de COVID-19, la nécessité de respecter des gestes d’hygiène strictes, afin de limiter la propagation du virus, nous rappelle plus que jamais combien l’accès effectif de tous à une eau propre et à des dispositifs d‘hygiène élémentaire, permettant a minima de se laver les mains, est vital et urgent. À la lumière du changement climatique, l’accès à l’eau potable pose également la question de la disponibilité et de la gestion durable d’une ressource qui se raréfie.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, ce dimanche 22 mars 2020, placée sous le signe de « l’eau et du changement climatique », la France réaffirme sa détermination et son engagement en faveur de l’accès universel à l’eau et à l’assainissement (ODD 6). A travers le monde, plus de 2 milliards d’individus sont toujours privés de ce droit fondamental reconnu par l’Organisation des Nations unies il y a 10 ans et plus de 3 milliards de personnes sont privées de dispositifs d’hygiène de base.

Eau et changement climatique - Quelle est l’ampleur de ce phénomène ?

Selon les observations et prévisions du GIEC, le changement climatique impacte considérablement le cycle de l’eau, et par conséquent la répartition et la disponibilité des ressources en eau dans le monde. Sous l’effet du changement climatique, la fréquence et l’intensité des épisodes de catastrophes naturelles, notamment les inondations et la sécheresse tendent à s’aggraver, exacerbant ainsi les risques de crises sociales, sanitaires, ou humanitaires. Selon ONU-Eau, 90% des risques de catastrophes naturelles sont liés à l’eau. Dès lors, les enjeux de l’eau et du changement climatique sont indissociables.

La préservation des ressources en eau : un enjeu global

Sous les effets cumulés d’une forte croissance démographique, d’une urbanisation galopante, de l’intensification des activités industrielles et agricoles, et d’une mauvaise gestion, 20 % des nappes souterraines sont déjà surexploitées. A la raréfaction des ressources, s’ajoute la dégradation de la qualité de l’eau, qui menace la santé humaine ainsi que les écosystèmes. Selon le dernier rapport pour l’évaluation des ressources en eau d’ONU-Eau (WWAP, 2019), près de 1,9 milliards de personnes vivent dans des zones de pénuries d’eau et 3,6 milliards de personnes – près de la moitié de la population mondiale - vivent dans des zones potentiellement soumise à un stress hydrique important au moins un mois par an. Malgré ce constat, la demande annuelle en eau pourrait encore augmenter de 55% d’ici à 2050, aggravant les risques de conflits d’usage, qui pourraient affectés les secteurs de l’énergie, autant que ceux de la production agricole.

Renforcés par le changement climatique, les enjeux environnementaux et sociétaux sont cruciaux et ses conséquences - en termes de sécurités alimentaire, de santé, de paix et stabilité, entre autres –particulièrement préoccupantes.

Le changement climatique renforce le risque de désertification dans toutes les régions du monde comme l’illustre cette photo dans la province de Tahoua au Niger. © UN Photo/WFP/Phil Behan

L’eau : un facteur de lutte et de résilience face au changement climatique

Le secteur de l’eau a un rôle majeur à jouer dans la lutte contre le changement climatique. Un renforcement de la gestion durable des ressources et du recours aux solutions fondées sur la nature est nécessaire pour garantir la santé des écosystèmes. La coopération transfrontalière est particulièrement importante : elle peut permettre le partage des coûts d’investissements, l’élargissement de la base des connaissances et la mise en œuvre des mesures d’adaptation communes, pour atténuer ou prévenir le risque de catastrophes liées à l’eau et ainsi améliorer la sécurité des approvisionnements, et prévenir les risques de conflits.

Les conséquences du changement climatique sur les ressources en eau augmentent considérablement la vulnérabilité des populations les plus démunies. En effet, impactant la disponibilité des ressources, pour les usages domestiques autant que pour la production agricole, la raréfaction des ressources en eau, mais aussi la dégradation des sols et la perte de biodiversité, contribuent à exposer un peu plus des populations fragiles. La préservation et la gestion durable des ressources en eau s’imposent comme une priorité pour réduire la vulnérabilité des populations. Mettre en place des mesures de lutte contre le changement climatique dans les stratégies et programmes de développement et d’adaptation telles que des dispositifs d’alerte précoces, des programmes de sensibilisation et des infrastructures adaptées sont donc des leviers indispensables pour garantir l’accès à une eau saine et en quantité suffisante permettant de satisfaire les différents usages.

La Stratégie internationale de la France pour l’eau et l’assainissement (2020-2030)

La France est pleinement mobilisée dans la mise en œuvre des droits à l’eau potable et à l’assainissement. Alignée sur l’Agenda 2030, la nouvelle stratégie internationale pour l’eau et l’assainissement pour la période 2020 – 2030 se fixe deux objectifs principaux : l’accès universel et équitable à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène (ODD 6.1 et 6.2) et la généralisation de la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) à l’échelle des bassins versants (ODD 6.3, 6.4, 6.5 et 6.6). Pour atteindre ces deux objectifs, trois axes d’actions prioritaires ont été identifiés à l’issue de la concertation avec l’ensemble des acteurs du secteur français :

• 1) améliorer la gouvernance du secteur de l’eau et de l’assainissement, de l’échelle locale à l’échelle mondiale ;

• 2) renforcer la sécurité d’approvisionnement en eau pour tous dans un contexte d’accroissement des besoins en eau, de croissance démographique, de changement climatique, de conflits d’usage et de multiplication des crises et conflits liés à l’eau ;

• 3) renforcer l’efficacité des moyens et des outils, en privilégiant le développement de solutions innovantes et de mécanismes solidaires de financement. En 2018, l’Agence française de développement, a ainsi dédié 1,2 milliard d’euros au secteur.

Par ailleurs, la France s’engage activement dans la préparation du 9e Forum mondial de l’eau qui aura lieu à Dakar du 22 au 27 mars 2021 et dont le thème est fixé « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». Cet évènement permettra d’associer les acteurs clés de l’eau et de l’assainissement pour renforcer la sécurité d’approvisionnement dans le contexte de l’Agenda 2030 et des défis que pose le changement climatique.

Parmi les engagements pris part la France en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement, le rééquilibrage de l’aide publique au développement en faveur des projets d’hygiène et d’assainissement constitue une mesure prioritaire.

Dans certaines régions du monde, les bonnes pratiques d’hygiène et leur rôle dans la réduction de propagation de maladies sont encore trop peu connues et accessibles. Or, la pandémie actuelle du COVID-19 nous rappelle combien les gestes d’hygiènes simples comme, l’usage d’eau et de savon pour se laver les mains, sont indispensables pour réduire les risques sanitaires auxquels nous sommes exposés.

Pour en savoir plus sur l’engagement de la France à l’international en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement, cliquez ici.
Testez vos connaissances sur l’accès à l’eau et à l’assainissement en participant à ce quizz et participez à la campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux en utilisant les hashtags #Journéemondialedeleau et #WorldWaterDay !