AnimaTerre Jeunesse

Projet de coopération décentralisée entre la France (Conseil départemental de Savoie), la Roumanie (Conseil départemental d’Arges), le Sénégal (Conseil départemental de Bignona) et Haïti (Commune de Dessalines).

Le projet et ses objectifs

Depuis 2012, le Département de Savoie et ses 3 partenaires de coopération (Arges en Roumanie, Dessalines en Haïti et Bignona au Sénégal) ont initié AnimaTerre Jeunesse. Cette démarche éducative vise à accompagner les mouvements Jeunesse et enrichir les politiques jeunesse des 4 territoires pour améliorer la place sociale des Jeunes et favoriser leur insertion professionnelle.

Témoignages des collectivités partenaires

Témoignage du Conseil départemental de Savoie

La Jeunesse est depuis 20 ans une priorité pour le Département de Savoie. En Arges, à Bignona et à Dessalines la population est majoritairement jeune. C’était pour nous une évidence d’impliquer les jeunes au sein des programmes de coopération.

A travers la démarche AnimaTerre, nous accompagnons les jeunes des pays partenaires à être acteurs de leur territoire afin qu’ils trouvent eux même les réponses à leurs besoins et envies que se soit à travers des formations, la mise en place d’activités socio-éducatives ou la réalisation de projets d’intérêt général.

Lors des accueils en Savoie, ces jeunes nous posent régulièrement la question « quelle place pour les jeunes savoyards dans la politique jeunesse ? »

Nous souhaitons aujourd’hui encourager l’engagement des jeunes en Savoie et les accompagner dans leur parcours citoyen et professionnel. Pour construire ces nouvelles orientations nous savons que nous pouvons nous appuyer sur les savoir-faire de nos partenaires.

Témoignage de Claire Garcin Marrou, coordinatrice Enfance-Jeunesse, Communauté de communes Cœur de Chartreuse

Pourquoi avez-vous décidé de vous engager dans ce projet ?

Cet échange était pour moi l’opportunité de partager avec les acteurs Jeunesse de Bignona, des pistes de structuration et de maillage en matière de politique Jeunesse.

Quels bénéfices en avez-vous tiré pour votre territoire/votre institution ?

La découverte et la reconnaissance de problématiques similaires en matière de politique jeunesse, au-delà des contextes politiques et économiques singuliers ; le désir de tisser des liens, à grande échelle, en regards croisés, sur la mission et les fonctions de « Coordination JEUNESSE ».

Pensez-vous poursuivre cette expérience ? Comment ?

Oui, en s’engageant pour l’accueil des jeunes formés durant notre mission au Sénégal et en expérimentant la création de voyages solidaires avec des animateurs d’ici et là-bas. Nous souhaitons aussi développer de nouveaux liens sur les thématiques

Témoignages des jeunes

Témoignage de Nassim Mahious, en mission en Savoie

Je me suis engagé en mission de volontariat pour pouvoir me former sur des nouvelles pratiques en animation, échanger nos savoirs faire et découvrir une nouvelle culture.

J’ai partagé mes expériences et connaissances en animation et plus particulièrement sur l’animation de grands jeux.

Sur le plan professionnel : cela m’a permis d’acquérir un autre regard et une nouvelle approche sur l’accueil des enfants, de nouveaux jeux, et une expérience enrichissante à mettre en avant dans mon cursus.

Sur le plan personnel : cet échange a été très riche et bénéfique pour moi. J’ai pu voir une autre réalité de la vie en citoyenneté et une culture à la fois traditionaliste, religieuse et ouverte d’esprit.

Cette mission m’a donné l’envie d’agir pour la jeunesse sur mon territoire. Pour que d’autres jeunes puissent construire et réaliser leurs projets de voyage solidaires. Car pour moi le voyage forge la tolérance envers autrui et le respect des différences sociales et culturelles.

Témoignage de Dieula Predestin, Animatrice Plateforme des Jeunes de Dessalines

Je souhaitais découvrir comment fonctionnaient les centres de loisirs en France et au Sénégal. Je voulais rencontrer d’autres jeunes engagés comme moi pour pouvoir échanger avec eux.

J’ai partagé mon expérience en tant qu’animatrice avec les enfants. J’ai beaucoup parlé de ma vie en Haïti et espère avoir pu changer la vision misérabiliste que certains avaient de mon pays.

Je rentre avec de nouvelles idées pour renforcer les projets jeunes. Je souhaite accompagner les jeunes à développer de petites activités rémunératrices pour ensuite pouvoir construire des projets avec eux. Je pense aussi qu’il est nécessaire pour nous de mutualiser nos activités, ceci permettrait notamment aux jeunes du centre ville et des sections de mieux se connaître.

C’était pour moi la première fois que je voyageais. J’ai dû affronter beaucoup de peur et d’appréhension. Je me suis adaptée à des cultures différentes. J’ai grandi.

PLAN DU SITE