Tour d’horizon des lauréats de l’Appel à projets Climat I

Sommaire

Découvrez un tour d’horizon en images et en « paroles d’acteurs » des 21 lauréats de l’appel à projets Climat lancé en 2015 par le Ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI).

Saviez-vous que de nombreuses collectivités françaises (régions, communes et départements) sont engagées dans la lutte contre le changement climatique avec leurs partenaires étrangers ?
Saviez-vous que ces collectivités mettent en œuvre des actions s’inscrivant au coeur de la lutte contre la déforestation, la planification territoriale, l’agro-écologie ou encore la lutte contre l’insécurité alimentaire ?

En 2015, 21 collectivités territoriales françaises, en lien avec une 23 autorités locales étrangères ont été sélectionnées par le MAEDI pour mener leurs actions dans le cadre de « l’appel à projets climat I ».

Ces actions reposent sur la confrontation des expériences et sur des appuis ciblés : formation, acquisition de pratiques et de savoirs, sensibilisation, concertation, recherche…

Ensemble, les collectivités territoriales et le ministère des Affaires étrangères et du Développement international coopèrent à l’international pour le climat !

Image Diaporama - Brest métropole Océane et Haiphong au Vietnam (...)

Brest métropole Océane et Haiphong au Vietnam (crédit : Brest Métropole Océane)

Image Diaporama - Communauté d'agglomération Seine-Eure et la (...)

Communauté d’agglomération Seine-Eure et la Commune de Bohicon au Bénin

Image Diaporama - Communauté urbaine de Dunkerque, ville de (...)

Communauté urbaine de Dunkerque, ville de Grande-Synthe et les villes d’Annaba (Algérie) et de Bizerte (Tunisie). Logo : CUD

Image Diaporama - Commune de Seclin dans les Hauts de France, (...)

Commune de Seclin dans les Hauts de France, et commune de Méguet, au Burkina Faso (crédit photo : Ville de Seclin)

Image Diaporama - Conseil départemantal de l'Essonne et la (...)

Conseil départemantal de l’Essonne et la Municipalité de Wuhan en Chine, Conseils de cercle de Douentza, Diéma et Nioro-du-Sahel au Mali, et les communes d’Aquin, Fond-des-Nègres et Saint Louis du Sud à (...)

Image Diaporama - Conseil régional de Champagne Ardenne et le (...)

Conseil régional de Champagne Ardenne et le Conseil de la Région de l’Oriental au Maroc (crédit photo : Conseil Régional)

Image Diaporama - Conseil régional d'Aquitaine et 4 communes du (...)

Conseil régional d’Aquitaine et 4 communes du Bas-Limbé à Haïti (crédit photo : Agrisud)

Image Diaporama - Hérouville-Saint-Clair / Commune d'Agnam au (...)

Hérouville-Saint-Clair / Commune d’Agnam au Sénégal (crédit photo : Hérouville Saint Clair)

Image Diaporama - Issy-les-Moulineaux et Leshan (Chine) (crédit (...)

Issy-les-Moulineaux et Leshan (Chine) (crédit photo : Issy-les-Moulineaux)

Image Diaporama - Quetigny / Koulikoro au Mali : Réunion à (...)

Quetigny / Koulikoro au Mali : Réunion à Koulikoro avec les agriculteurs intéressés par l’utilisation des déchets en agriculture (mars 2016 ; Photo CJ Quetigny)

Image Diaporama - Région Hauts-de-France et l'Etat du Minas (...)

Région Hauts-de-France et l’Etat du Minas Gerais au Brésil (crédit photo : ADEME)

Image Diaporama - Région Ile de France et la commune urbaine (...)

Région Ile de France et la commune urbaine d’Antananarivo à Madagascar

Image Diaporama - Ville de Toulouse et ville d'Hanoï au Vietnam (...)

Ville de Toulouse et ville d’Hanoï au Vietnam (crédit : Ville de Toulouse)

1. Issy-les-Moulineaux et Leshan (Chine)

« Le projet de coopération entre Issy-les-Moulineaux et Leshan en Chine, dans le domaine de l’aménagement durable du territoire et de la Smart City, a vu le jour grâce à la relation privilégiée nouée entre les deux villes depuis 2001. C’est un projet novateur qui s’inscrit dans une réflexion à la fois locale, nationale et internationale sur la ville durable et intelligente. Ce projet a permis la mise en relation d’acteurs nombreux et aux profils variés : acteurs publics à la fois locaux et étatiques (collectivités locales, ministères), groupes privés (entreprises et PME), de nationalité française et chinoise. La dimension interculturelle et l’implication de ces nombreux protagonistes constituent à la fois la richesse et la complexité de ce projet. Ce projet de coopération décentralisée a contribué à renforcer l’attractivité internationale des deux territoires concernés. Leshan a été labellisée « ville pilote » en matière de Smart Cities en Chine et Issy-les-Moulineaux reçoit de nombreuses délégations étrangères désireuses de visiter ses deux éco-quartiers. », Issy-Les-Moulineaux.

2. Communauté urbaine de Dunkerque, ville de Grande-Synthe et les villes d’Annaba (Algérie) et de Bizerte (Tunisie)

« La coopération décentralisée entre les communauté urbaine de Dunkerque, la ville de Grande-Synthe, et les villes d’Annaba en Algérie et Bizerte en Tunisie vise à mettre en place trois plateformes – institutionnelle, technique et citoyenne - sur le thème du dérèglement climatique. (…) Ce projet est une montée en puissance des relations fortes qui existent entre nos collectivités (…). C’est en apprenant à connaître nos interlocuteurs et les différents acteurs d’horizons variés gravitant autour d’eux que nous pouvons nous faire confiance. », Mohamed Riadh Lazzem, Maire de Bizerte.

3. Commune de Seclin dans les Hauts de France, et commune de Méguet , au Burkina Faso

« Au-delà de l’enjeu climatique pour la région, la restauration des forêts participe directement au développement local du territoire. Cette initiative doit procurer une formation et des emplois aux jeunes ruraux et améliorer le cadre de vie général des populations riveraines des forêts (….). Ce qui fait la réussite de cette coopération, c’est le dialogue d’homme à homme qui s’est instauré entre les différentes parties, et auquel participent les jeunes de la commune de Méguet et de celle de Seclin via des chantiers de coopération », Pierre Kaboré, ex-maire de Méguet et coordonnateur technique de l’Association solidarité pour un Développement communautaire (ASDC), co-responsable du projet.

4. Région Nord-Pas-de-Calais et l’Etat du Minas Gerais au Brésil.

« C’est la proximité des enjeux et des réponses qui font l’originalité de ce projet. Dans des pays extrêmement différents, on s’aperçoit que les enjeux climatiques sont des enjeux mondiaux et partagés par toutes les populations malgré les différences sensibles existantes (…). Nous travaillons à des kilomètres de distance finalement sur les mêmes enjeux, mais enrichis par le rapport interculturel. » , Conseil régional de Nord-pas-de-Calais.

5. Région Ile de France et la commune urbaine d’Antananarivo à Madagascar

« Le projet s’appuie sur une plateforme d’acteurs du développement qui intègrent l’agriculture urbaine dans leurs cadres d’action respectifs, pour réduire les risques d’insécurité alimentaire de la population la plus exposée. Une proposition de valorisation des déchets organiques urbains est en cours d’élaboration (…). A Antananarivo, la problématique de la sécurité alimentaire est particulièrement aigüe (…). L’agriculture urbaine propose un mécanisme d’adaptation qui contribue à sécuriser la capacité à pouvoir se fournir en aliments frais (…) et confère un statut social qui change la vie des femmes et des hommes la pratiquant. » Tamara Teissedre-Philip, directrice de l’Institut des Métiers de laVille à Antananarivo et co-porteuse du projet.

Voir aussi :

6. Ville de Toulouse et ville d’Hanoï au Vietnam.

Un volet de la coopération Toulouse – Hanoi a couvert le sujet du développement durable et des solutions concrètes développées dans les grandes villes pour répondre aux enjeux tels que les effets de la mondialisation, la lutte contre le réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité.
C’est ainsi que l’enjeu du développement urbain durable a été pris en compte avec l’aménagement de l’axe urbain : « Ton Duc Thang - Nguyen Trai » de Hanoi, selon une démarche participative intégrant les modes de vie, les comportements et les besoins des habitants, dans le processus d’évolution de la ville.
A ce titre, l’action visait à la définition d’un tronçon expérimental d’aménagement de l’espace public d’un axe majeur d’entrée de ville de Hanoi. Ce projet a été retenu à l’occasion de l’appel à projets lancé en 2015 par le Ministère des Affaires Etrangères (MAEDI) pour la lutte contre le dérèglement climatique.
Durant la COP 21, une présentation de ce projet intitulée « Toulouse/Hanoi : Les espaces publics urbains : repenser la ville et le climat » a été effectuée en lien avec l’Agence d’Urbanisme et d’Aménagement Toulouse aire métropolitaine (AUAT) et l’Institut de la Planification Urbaine de Hanoi (HUPI).

7. Conseil départemantal de l’Essonne et la Municipalité de Wuhan en Chine, Conseils de cercle de Douentza, Diéma et Nioro-du-Sahel au Mali, et les communes d’Aquin, Fond-des-Nègres et Saint Louis du Sud à Haïti

« Ce projet se décline en plusieurs actions pilotes visant le développement d’échanges, la conduite de réflexions communes, la réalisation d’études et de diagnostics afin d’adapter, de part et d’autre, des réponses locales à des enjeux globaux. Cette approche doit permettre de développer une expertise qui pourra être capitalisée et transférée sur d’autres champs et d’autres territoires, voir favoriser des échanges entre eux, au travers d’un réseau d’échanges et de réflexion (…) Les efforts fournis sur l’agriculture permettent de frais prendre conscience, notamment aux jeunes générations, de l’importance du maintien d’une forme d’agriculture respectueuse de l’environnement et bienfaitrice pour l’économie et la population locale. » Moussa Camara, Président du Conseil de cercle de Nioro-du-Sahel.
« Il s’agissait de rechercher des méthodes et moyens liés aux espaces verts écologiques pour l’atténuation du réchauffement climatique, de démontrer que les espaces verts sont un moteur supplémentaire et une voie active et efficace dans l’amélioration du changement climatique, et de fournir une pensée et des fondements plus scientifiques dans la planification et la conception des espaces verts et des parcs (…). Ce projet a apporté un soutien statistique à la protection de la biodiversité au parc de Shahu et l’atténuation du rôle d’îlot de chaleur urbain. Il a aussi permis de formuler des propositions pour l’avenir sur la gestion des parcs, la répartition des espaces verts et l’assortiment des arbres et la manière de fournir de meilleurs services de loisirs et de détente aux habitants », Monsieur SU Nibin, directeur général du Bureau des jardins et forêts de Wuhan en Chine.

8. Conseil régional d’Aquitaine et 4 communes du Bas-Limbé à Haïti

Dans un contexte d’érosion du milieu agricole, la région Aquitaine en collaboration avec quatre communes haïtiennes a mis en œuvre des plans prioritaires d’aménagement et de mise en valeur du bassin versant. Ces plans prioritaires concernent les localités dans lesquelles les producteurs travaillent à un aménagement coordonné du territoire, à la mise en place de systèmes de production agroforestiers résilients (stabilisation de pente et amélioration de leur rentabilité des parcelles…) et à la mise en valeur des ressources naturelles telles que l’eau, les sols et la biodiversité.

9. Hérouville-Saint-Clair / Commune d’Agnam au Sénégal.

Les communes d’Hérouville-Saint-Clair en Normandie et d’Agnam au Sénégal travaillent ensemble à apporter leur appui aux populations d’Agnam par deux types d’actions novatrices : la construction de biodigesteurs familiaux et l’organisation d’un tri sélectif sur la commune d’Agnam. L’utilisation et la mise en service de biodigesteurs doit permettre la réduction des émissions de CO2 de 20 tonnes par an. Le recyclage des matières premières réutilisables diminuera la consommation de matières premières et luttera ainsi contre la déforestation dans les zones boisées environnantes.

10. Quetigny / Koulikoro au Mali

« Gestion des ordures ménagères : soutien à la collecte, au recyclage et à la valorisation en agriculture. Contribution à la réduction de l’effet de serre par la diminution des incinérations sauvages, par le recyclage et la valorisation des déchets. »

Le recyclage des déchets est un moyen de lutter contre l’effet de serre (entretien du stock de carbone du sol, réduction d’intrants chimiques et limitation des émissions de CO2 et de CH4) tout en améliorant l’assainissement des milieux urbanisés. Avancer sur la gestion des ordures est un pari : pour cela il faut convaincre. Le principal obstacle est le manque d’intérêt pour un projet qui n’apparaît valorisant ni pour les élus ni pour la population qui ne sait que faire de ses déchets. En milieu péri-urbain la proximité des espaces agricoles et l’intérêt des agriculteurs constituent une possibilité pour un mode de traitement des déchets, à condition de fournir un produit correctement trié. C’est ce sur quoi nous essayons d’avancer avec nos partenaires maliens.

11. Brest métropole Océane et Haiphong au Vietnam

Dans la continuité des relations scientifiques et technologiques déjà initiées entre Brest Métropole Océane et la ville d’Haiphong, les collectivités définissent ensemble des plans d’actions climat pour les territoires d’Haiphong et de l’île de Cat Ba. Ces plans d’actions climat reposent sur la capacité de mobilisation d’une expertise institutionnelle, scientifique et technologique, qui doit permettre le développement de connaissances sur la vulnérabilité des territoires maritimes, la restauration des espaces littoraux, de la biodiversité et des bio-ressources marines.

12. Conseil départemental d’Ile et Vilaine et le Conseil régional de Mopti au Mali

Le Département d’Ille-et-Vilaine s’est engagé auprès de son partenaire la Région de Mopti dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un Schéma régional des énergies renouvelables. Il s’agit de structurer la production d’énergie solaire et de biogaz sur un territoire régional, dans une démarche participative. Pour cela, un partenariat a été initié avec la Fondation énergie pour le Monde afin de bénéficier de son expérience dans la production d’énergie renouvelable en milieu rural en Afrique. Ce projet pluri-partenarial permet de mutualiser des compétences pour s’assurer de la pérennité des investissements qui ont pour finalité de diminuer la dépendance des populations locales aux énergies fossiles et la déforestation.

13. Conseil départemental des Côtes d’Armor et l’Association des Maires de la Grande Anse à Haïti

Ce projet d’écotourisme représente l’engagement collectif de la population et des collectivités pour construire une image positive du territoire de la Grande Anse à Haiti fondé sur des paysages authentiques et préservés, des pratiques agricoles écologiques, une capacité d’accueil des touristes dans les meilleures conditions, et une offre de découverte des richesses du territoire de pratiques respectueuses de l’environnement.
Pour en savoir plus :

14. Conseil régional de Champagne Ardenne et le Conseil de la Région de l’Oriental au Maroc

La zone côtière du nord de la Région de l’Oriental du Maroc connait d’importants problèmes environnementaux dus au dérèglement climatique, tels que la désertification et la disparition des zones humides. C’est pourquoi le Conseil régional de Champagne-Ardenne et celui de l’Oriental, au Maroc ont lancé un processus de concertation et de planification pour un développement durable sur l’embouchure de la Moulouya. Ce processus doit renforcer les capacités des acteurs locaux de l’Oriental pour mieux appréhender les enjeux environnementaux et doter les décideurs politiques d’outils d’aide à la prise de décision pour élaborer des politiques régionales de développement, atténuer les impacts négatifs du dérèglement climatique et des activités économiques et sociales en matière de gestion intégrée des zones côtières (GIZC).

15. Communauté d’agglomération Seine-Eure et la Commune de Bohicon au Bénin

La Communauté d’agglomération Seine-Eure appuie la Commune de Bohicon au Bénin dans la réalisation d’un diagnostic détaillé de la situation du bassin du Zhou, au regard des phénomènes de ruissellements : analyse du fonctionnement du bassin versant, description de la nature et des axes de ruissellements, caractérisation des risques subis, analyse du fonctionnement des différents ouvrages existants, repérage et analyse des infrastructures d’accès à l’eau (puits et AEV) et d’assainissement impactées lors des phénomènes de ruissellements et d’inondation. Une seconde phase du projet porte sur l’élaboration d’une stratégie visant l’adaptation au changement climatique et à maîtriser les phénomènes de ruissellement en favorisant des méthodes d’hydrauliques « douces » qui devront tenir compte des spécificités des différents espaces identifiés.

16. Conseil départemental de Seine-Maritime et le Gouvernorat du Kef en Tunisie

Dans le contexte de la COP 21, le Département de la Seine-Maritime (France) et le Gouvernorat d’El Kef (Tunisie), en coopération depuis 2013, se sont mobilisés pour engager une grande réflexion sur les enjeux énergie/climat sur le territoire du Kef. Dans ce cadre, une étude a été conduite afin de caractériser précisément le profil climat/ énergie du territoire du Kef.

L’étude a mis en évidence un territoire proche du « zéro carbone ». En effet, les principales émissions du territoire sont pratiquement compensées par le stockage carbone des forêts et de l’arboriculture. En revanche, l’étude révèle un haut degré de vulnérabilité au dérèglement climatique du territoire avec par exemple, une forte sensibilité de l’agriculture, principale activité économique et un risque de désertification de plus de 70 %. Ces deux éléments mettent en exergue la nécessité d’avoir une approche globale sur la question climatique.

La deuxième phase de l’étude permettra au Gouvernorat de mettre en place un plan d’actions partagé pour atteindre les objectifs qu’il se sera fixés de réduction de son empreinte carbone et d’adaptation au dérèglement climatique. Pour cela, une grande phase de concertation est prévue avec l’ensemble des forces vives du territoire.

17. Cergy et la Ville de Thiès au Sénégal

Construit dans une démarche participe et inclusive, le programme entre la ville de Cergy et celle de Thiès au Sénégal s’inscrit dans un objectif général de lutte contre le changement climatique et d’adaptation aux évolutions du climat à travers une approche systémique, axée sur les quatre enjeux suivants :

  • Le développement de l’agro-écologie et l’approvisionnement de la ville en circuit court et en produits écologiquement sains ;
  • La gestion des déchets ménagers et leur valorisation ;
  • La restauration de la trame verte à travers l’aménagement durable des espaces verts publics ;
  • L’éducation à l’environnement et au développement durable auprès de différents publics (habitants, scolaires, associations, techniciens et élus des trois villes).

18. Paris et Brazzaville au Congo

Dans un contexte de hausse de la démographie et de densité urbaine importante, le projet de la ville de Paris tend à assister la maîtrise d’ouvrage et renforcer les capacités de la Mairie de Brazzaville en matière de gestion environnementale des déchets ménagers.
« La Ville de Paris est la première ville française à mettre en place le dispositif 1% déchets. Grâce à ce mécanisme ambitieux, elle va faire valoir son expertise et accompagner les grandes métropoles partenaires du Sud dans la gestion de leurs déchets ménagers. Dès 2015, le projet de coopération avec Brazzaville visant à structurer sa filière des déchets constituera la première action emblématique de ce nouveau dispositif. En 2016, nous souhaitons pouvoir étendre notre action à d’autres villes », Patrick Klugman, adjoint aux relations internationales de la Maire de Paris

19. Lille et Commune de Saint Louis au Sénégal

Le projet vise à développer les énergies durables à Saint-Louis du Sénégal en coopération avec le ministère sénégalais de l’Energie dans le cadre du Programme National Biogaz (PNB). Il correspond aux axes de coopération entre la Ville de Lille, la Métropole Européenne de Lille et Saint-Louis : adaptation au changement climatique et traitement des déchets. Les collectivités locales coordonnent le projet, qui sera mis en œuvre par l’association française Le Partenariat, opérateur du PNB, avec le soutien du correspondant technique de Lille en poste à Saint-Louis, et avec l’implication d’acteurs économiques des territoires Nord-Pas-de-Calaisiens et Sénégalais.

20. Communauté d’agglomération de la Rochelle et Kendari en Indonésie

La Communauté d’Agglomération de La Rochelle, avec appui linguistique et scientifique de l’Université de La Rochelle, aide la ville de Kendari à gérer durablement les ressources naturelles et à sensibiliser la population à la protection de l’environnement.

En effet, une croissance mal maîtrisée de la ville a provoqué une pollution importante de la baie par métaux lourds. Un diagnostic environnemental et urbain a alors permis de quantifier des doses tolérables d’espèces consommées, d’élaborer une méthodologie de conception et d’application d’un plan d’occupation des sols et d’améliorer la production et la distribution de l’eau. En parallèle, la coopération continuent à sensibiliser la population, en particulier les pêcheurs, à une approche participative pour la protection du littoral. Les scolaires, relai efficace pour la sensibilisation des adultes, ont une meilleure connaissance de l’environnement littoral et comprennent l’utilité de sa protection. L’administration locale a des outils méthodologiques pour la gestion participative de la pêche

21. La Possession à la Réunion et Victoria aux Seychelles

Ce projet a pour but de mettre en place un outil d’aide à la décision afin d’installer une gestion optimisée des déchets, avec la mise en place d’une étude préalable pour la mise en œuvre d’une filière de tri et de la valorisation des déchets de la Ville de Victoria et mise en place d’un site pilote. Cet outil se déclinera sous la forme d’une étude contextuelle qui permettra à la collectivité d’opter pour une organisation permettant l’amélioration de la collecte ainsi que la valorisation des déchets. Sa mise en œuvre sur un premier district permettra de mesurer l’efficience de l’outil, d’envisager d’éventuels ajustements permettant par la suite une parfaite reproductivité sur les autres districts.

PLAN DU SITE