Entretien de Nathalie Loiseau, ministre chargée des affaires européennes, avec « Radio Classique » - extraits (Paris, 7 mars 2018)

Q - Vous vouliez parler de la Journée de la femme, c’est important parce qu’il y a deux ministres ou trois ministres qui vont participer à - là on change totalement de domaine - qui vont participer aux « Monologues du vagin », Marlène Schiappa et donc Roselyne Bachelot, vous auriez pu faire du théâtre…

R - Myriam El Khomri.

Q - Voilà ! Vous auriez pu faire du théâtre avec elles ?

R - Je ne sais pas si j’ai du talent mais je trouve ça très bien qu’elles le fassent.

Q - Qu’elles le fassent ?

R - Je trouve ça très bien, oui.

Q - Pourquoi ?

R - C’est généreux, elles font ça en plus de tout le reste - en tout cas pour Marlène Schiappa qui est au gouvernement et qui a un emploi du temps plus que chargé - c’est militant. C’est une manière de montrer que ces sujets féministes il ne faut pas avoir peur des mots, ce n’est pas un gros mot, sont portés. Les droits des femmes c’est la grande cause du quinquennat d’Emmanuel Macron et demain matin on se réunit pour la première fois depuis longtemps, de mes souvenirs, on a un comité de ministres autour du Premier ministre avec une cinquantaine de propositions sur les droits des femmes. Moi je suis très fière d’appartenir à ce gouvernement-là.

Q - On lit beaucoup, vous l’avez lu dans les journaux, que finalement la France est dirigée par trois hommes : le Premier ministre, le président de la République et Alexis Kohler, trois hommes, donc est-ce que vous n’avez pas souvent l’impression de faire partie disons d’un discours sur le féminisme qui n’est pas la réalité du pouvoir en France ?

R - On est un gouvernement paritaire, il y a 39% de femmes à l’Assemblée Nationale, je peux vous assurer que cela change l’atmosphère, il y a encore des remarques un peu absurdes par moment et de comportements je dirais un peu attardés mais qui aujourd’hui sont assez solitaires dans l’hémicycle - et ça n’est pas plus mal. Non, on a été longtemps en retard et il ne faut pas croire que la France est toujours à l’avant-garde des progrès sociaux, aujourd’hui on s’améliore, c’est bien mais il faut continuer.

Q - Merci beaucoup Nathalie Loiseau, donc chargée des affaires européennes dans le gouvernement d’Edouard Philippe, était l’invitée politique de la matinale et l’actualité dans ce domaine est considérable après donc ce qui s’est passé en Italie et donc aujourd’hui avec les décisions de Bruxelles en matière de rétorsion après ce qui a été décidé aux États-Unis. Bonne journée à vous, merci d’être venue./.

PLAN DU SITE