Delphine Halgand est Chargée de mission pour le livre en Chine

Partager

Faisons connaissance

Je suis Chargée de mission pour le livre à l’Ambassade de France en Chine. Je m’occupe donc :

  • de favoriser les liens entre la chaîne du livre français et la chaîne du livre chinois (pour chaque maillon mais aussi pour chaque secteur éditorial) ;
  • d’organiser des évènements structurants et en adéquation avec le calendrier des temps forts en Chine sur l’ensemble du territoire tant pour le livre que pour le débat d’idées ;
  • de gérer les différentes bourses et subventions proposées aux éditeurs chinois qui publient des ouvrages écrits en langue française ;
  • de proposer une veille et une analyse du paysage chinois qui bouge extrêmement vite.

Je viens du privé et suis contractuelle en CDD pour le MEAE. J’ai travaillé pendant près de 10 ans dans différentes agences et maisons d’édition françaises (l’Agence Lapautre, Hachette Littératures, Gallimard). Pendant mes sept années passées chez Gallimard, j’étais en charge des cessions de droits avec un portefeuille de 10 langues dont le chinois (simplifié et complexe).

La connaissance des circuits du livre chinois, des maisons d’édition chinoises, des traducteurs est un atout précieux au quotidien à ce poste.

Une journée type ?

Il n’y a pas de journée type ! Et c’est cela aussi qui fait une partie de l’intérêt de ce poste.

Entre réunions de service (tous les lundis pour le secteur livre et débat d’idées et 1 mercredi sur 2 pour tous les chefs de secteurs), rendez-vous à l’Ambassade ou à l’extérieur avec un partenaire chinois, préparation d’un évènement à court terme, réflexion sur la programmation à moyen terme ou long terme, rédaction d’une note diplomatique ou d’un courrier formel, résolution d’un problème administratif, suivi budgétaire et longues discussions avec un auteur ou un éditeur français au téléphone en fin de journée (décalage horaire oblige)…

mes journées ne se ressemblent pas et chaque jour comporte son lot de défis à relever.

Qu’est-ce ce qui vous plaît dans votre métier ?

L’étendu des possibles est à ce poste tout à la fois enrichissant et énergisant. La Chine est un pays parfois difficile certes mais lorsque les partenaires locaux se sont emparés d’un projet tout semble alors réalisable en un temps record. Le budget dont le secteur livre et débat d’idées dispose et la formidable équipe qui m’accompagne sont également des atouts incroyables pour réaliser des choses structurantes et opérationnelles. Il est surtout passionnant de penser, monter, coordonner des projets en accord avec la direction, les temps forts et les relais disponibles sur l’ensemble (vaste ensemble !) du territoire chinois.

Des défis à relever ?

Travailler et vivre dans un pays comme la Chine n’est pas toujours de tout repos. Le SCAC de l’Ambassade de France en Chine est particulièrement dynamique ce qui signifie que les choses vont vite, les projets sont nombreux et que l’espace territorial oblige à coordonner avec hauteur et souplesse beaucoup de tournées.

Le premier défi consiste donc peut-être à gérer son temps, ses priorités, à travailler vite et bien, à s’entourer de partenaires fiables et, parfois, à savoir dire non.

Un autre défi est sans doute lié tout simplement au travail en ambassade. Il existe une certaine lourdeur administrative, des processus à respecter strictement, des règles de bon fonctionnement. Il s’agit alors de maîtriser tous ces outils parfaitement pour les considérer comme un cadre indispensable et utile afin de savoir les utiliser intelligemment au service d’une meilleure efficacité.

Quelles sont, selon vous, les qualités requises pour occuper votre poste ?

  • Grande disponibilité, souplesse et analyse dans un contexte culturel différent,
  • sens de la communication (interne et externe),
  • management d’une petite équipe de 4 personnes,
  • rigueur dans le suivi budgétaire et le suivi administratif,
  • et connaissance approfondie des partenaires, du contexte éditorial du pays et des circuits d’éditions.

Et le contexte interculturel ?

Je travaillais auparavant dans un contexte 100% international pour développer des projets de publications français à l’étranger mais… depuis Paris.

Il est bien sûr très différent de vivre et de travailler dans un pays étranger. Si ce pays est la Chine et de surcroît Pékin, il faut s’habituer à cet environnement, comprendre la ville (pour éviter les bouchons par exemple) et respecter les différences culturelles des interlocuteurs et des collègues chinois. Cela se fait naturellement et dans un esprit mutuel de curiosité.

Nos différences sont une richesse !

Un projet phare ?

Impossible de n’en retenir qu’un ! Mais parmi tous les projets développés ou montés ici laissez-moi mentionner :

  • Le Prix FU Lei de la traduction et de l’édition qui existe depuis 2009 et continue de grandir en renommée chaque année. Ce Prix récompense les meilleures traductions du français vers le chinois dans la catégorie littérature, essai et jeune pousse afin de valoriser et d’encourager ce métier indispensable, si précieux et trop méconnu de traducteur.
  • Le retour en Chine d’une large présence française lors du China Children Book Fair (CCBF, Shanghai) depuis 2016. Cette Foire du Livre jeunesse est devenue incontournable pour le secteur jeunesse et la présence d’un stand professionnel français, d’une 20n d’éditeurs et d’agents, de 2 auteurs / illustrateurs, d’une exposition et d’une master-class sur le panorama français constituent une belle réussite.
  • Au titre du débat d’idées et pour le Mois Franco-Chinois de l’environnement, nous avons constitué d’un livret présentant une 40n d’ouvrages français sur l’écologie et l’environnement avec l’aide des maisons d’édition françaises. Ce livret a été prospecté très largement dans un pays qui, auparavant boudait ce sujet, et avons suscité l’intérêt de l’éditeur chinois CLAP qui a même décidé d’en faire une collection complète à paraître cette année !

Mise à jour : juin 2017